Design

MILAN assises singulieres

Mots clés : Transport maritime

Magari, cette interjection italienne peut par son double sens caractériser l’édition 2008 du salon international du meuble. En effet, elle signifie à la fois «Si seulement !» et «peut-être ?» C’est un peu le sentiment que tout visiteur (348 000 cette année) ressent après avoir parcouru les halls (230 000 m2) emplis jusqu’à la congestion de tables, sièges, tapis, luminaires, meublesd’appoint…

Si seulement la compétition permanente qui contraint les éditeurs à demander aux designers de nouveaux produits chaque année pouvait se calmer un peu, peut-être prendrait-on le temps de réfléchir, de poser les questions différemment, de cesser de concevoir des canapés gigantesques et des fauteuils hypertrophiés pour les logements urbains dont les surfaces vont s’amenuisant. Alors il serait également possible de réfléchir aux matériaux utilisés, aux process de production, au recyclage ultérieur. Car même si le développement durable est le leitmotiv de toutes les conversations, il apparaît plutôt ici comme un argument ou un label sans aller vraiment au-delà. Le plastique est partout avec l’acier inoxydable et l’aluminium, le Corian gagne du terrain. Parfois le rotin laisse la place au tressage de polyéthylène, le cuir est omniprésent, les mousses diverses sont incontournables… Les designers français n’avaient pas manqué le rendez-vous : Arik Lévy, Chritian Biecher,...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 2008 du 01/12/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X