Autres

Michel Heintz, repreneur de Louis Adam TP

Mots clés : Services urbains - Travail

Il crée une offre régionale en voirie et réseaux divers

L’actualité financière donne tout son sens à la vocation de Michel Heintz (44 ans) repreneur d’une entreprise fami­liale : « J’ai souhaité sortir de la course permanente au profit immédiat, dictée par la Bourse », explique l’ancien directeur régional Alsace Lorraine de Transroutes, ­filiale d’Eiffage.

En septembre 2003, ce rêve commence à prendre forme, grâce à la rencontre de cet ingénieur Ensais avec Jean-Louis Adam, P-DG et fils du fondateur de Louis Adam TP à Bouxwiller (Bas-Rhin). L’entrepreneur cherche à vendre, mais refuse le principe d’une cession à un grand groupe. Un troisième homme rend possible l’accord signé le 1er juillet 2004 : Bernard Stoeffler. Dirigeant du fonds régional d’investissement Alsa­gestion, il finance l’acquisition de l’entreprise. La cession se passera en plusieurs étapes : ­jusqu’à sa retraite fixée au 31 mars 2007, Jean-Louis Adam a cédé progressivement ses 35 % ; pressenti en 1996 lors d’une première tentative de transmission, Dominique Palucci, entrepreneur spécialisé dans l’isolation, a quant à lui revendu ses 65 % à Alsagestion. La transaction s’achèvera le 30 juin 2010, avec la sortie du fonds régional.

La structure de l’entreprise, ­divisée en deux établissements, facilite la coopération entre l’ancien et le nouveau dirigeant : « Chacun de nous a gardé son terrain de chasse, délimité par la nationale 4, qui coupe en deux le département du Bas-Rhin », sourit Michel Heintz. En indexant la valorisation des parts de Jean-Louis Adam sur les résultats de l’entreprise, l’accord de cession a stimulé cette coopé­ration, également favorisée par la ­complémentarité des ­agences d’Ostwald et de Bouxwiller. A partir du siège, le fils du fondateur a construit l’image d’Adam sur les aménagements urbains qualitatifs en pierre naturelle ou pavés reconstitués ; à Ostwald (banlieue de Strasbourg), l’ancien directeur régional de Transroutes greffe sa compétence en terrassement sur une activité jusqu’alors orientée vers les canalisations, permettant à l’entreprise d’afficher une offre complète en voirie et réseaux divers. Depuis 2004, le chiffre ­d’affaires est passé de 9 à 25 millions d’euros, équitablement réparti entre les deux établissements, qui préserveront leur autonomie de gestion.

« 5 ans avant ou 5 ans après, j’aurais manqué d’expérience ou d’énergie », estime rétrospec­tivement Michel Heintz.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’ENTREPRISE

Date de reprise : 1er juillet 2004

Activités : Voirie et réseaux divers

Statut : SA au capital de 400 000 euros, détenue par Michel Heintz (51 %) et Alsagestion (49 %)

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 25 millions d’euros

Effectif : 125 salariés

Localisation : Bouxwiller

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X