Régions Collectivités

« Metz retrouve sa place dans le Grand Est »

Mots clés : Etat et collectivités locales - Maîtrise d'ouvrage

73,6 M€ Investissements prévus dans le budget primitif 2018 du département du Doubs (+ 23,2 % par rapport à 2017).

+ 41 % Hausse des permis de locaux d’activités en Haute-Marne sur un an, à fin septembre 2017 (+ 23 % dans la Marne).

120 M€ Montant d’investissements dans le budget primitif 2018 du Bas-Rhin (dont 70 M€ en maîtrise d’ouvrage directe).

Entretien avec Jean-Luc Bohl,président (UDI) janvier 2018.

Devenir métropole de plein exercice, était-ce chercher à revenir à égalité avec Nancy qui l’est déjà ?

Il s’agissait, plus généralement, de saisir l’opportunité offerte par la loi de février 2017 pour retrouver notre place dans le Grand Est. Après la perte du statut de capitale régionale [de la Lorraine, NDLR], Metz courait un vrai risque de déclassement. La métropole permettra de valoriser l’attractivité liée à notre localisation au cœur d’une aire urbaine de 330 000 habitants et d’un bassin d’emploi de plus de 500 000 personnes, qui est en connexion directe avec l’Allemagne et le Luxembourg.

£Comment cimenter ce territoire où la construction de l’intercommunalité a été compliquée ?

C’est l’objectif de notre projet métropolitain. Sa concertation a commencé avec les forces socio-économiques à l’automne dernier, en vue de le présenter à l’automne prochain.

Il s’élabore autour de trois caractéristiques de notre territoire : les liaisons européennes, à renforcer, et l’A31 bis vers le Luxembourg en est évidemment une condition ; l’écologie urbaine qui est née à Metz ; l’union des arts et des technologies, autour notamment de l’espace de l’économie numérique TCRM-Blida et du futur centre des congrès à côté du Centre Pompidou-Metz. Le passage en PLU intercommunal, depuis ce 1er janvier, instaure le cadre pour préciser les lignes directrices. Par exemple, une vision globale aurait du sens sur les nombreuses reconquêtes de friches que notre collectivité et d’autres maîtres d’ouvrage doivent lancer ou poursuivre : base aérienne de Frescaty, caserne Desvallières, quartier du Sansonnet… Pour les relations avec les territoires voisins, je crois aux vertus du travail « en marguerite », en réseaux à géométrie variable. Ainsi, le bassin de la Moselle, de Pompey à Thionville, est l’échelle pertinente pour la coordination contre les inondations, d’où la création au 1er janvier du syndicat mixte Moselle Aval. Le Sillon lorrain l’est, de même, sur le numérique, les universités ou les hôpitaux.

Quels sujets en lien avec le BTP vont prendre de l’importance dans le contexte de la métropole ?

Nous allons hériter de 700 km de voiries. Ils sont dans un état hétérogène, une cartographie s’imposera afin d’arrêter une politique structurée d’ici à deux ans. L’habitat va gagner en importance. Depuis 2002, nos 40 M€ d’aides ont permis de construire ou de réhabiliter près de 13 000 logements sociaux. Sur tous les sujets, la métropolisation ouvre de nouvelles perspectives financières.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X