Enjeux Philippe Millard, président du 15e congrès international de l'Association française des tunnels et de l'espace souterrain (Aftes) [1].

« Mettre l’accent sur le potentiel du sous-sol »

Mots clés : Ouvrage d'art

Les acteurs des tunnels et des espaces souterrains organisent leur congrès mi-novembre à Paris et mettent en avant leurs atouts pour densifier les villes.

Quel sera le thème de votre 15e congrès ?

Notre rendez-vous triennal, que l’Aftes organise mi-novembre à Paris, en partenariat avec l’Association internationale des tunnels et de l’espace souterrain (ITA/AITES) aura pour fil rouge « l’espace souterrain, notre richesse ». L’objectif est de mettre l’accent sur le potentiel que représente le sous-sol dans l’aménagement des villes. Ces dernières doivent se densifier, et la réponse n’est pas seulement de construire toujours plus haut et plus vertical. Nous réunirons pendant trois jours les meilleurs spécialistes internationaux impliqués dans la réalisation d’ouvrages performants et innovants au service des grandes liaisons routières et ferroviaires, des galeries techniques et de l’espace souterrain : maîtres d’ouvrage, aménageurs, urbanistes… Toutes les disciplines seront représentées. Y compris l’architecture puisque Dominique Perrault interviendra sur le sujet des réalisations souterraines et de leur intégration environnementale.

« Il faut libérer un foncier de plus en plus précieux en surface.»

Comment convaincre les maîtres d’ouvrage des avantages des constructions souterraines ?

Je pense qu’il y a un effort de pédagogie à faire auprès des décideurs et du grand public sur le coût supposé des travaux souterrains. Oui, construire sous terre est plus onéreux. Mais les expériences que partageront les grands acteurs mettront en lumière les différents « pactes financiers » construits sur de longues durées, qui permettent tout à la fois d’amortir ces travaux et de libérer un foncier de plus en plus précieux en surface. En parallèle, des conférences techniques mettront en avant des contributions liées au développement de l’espace souterrain. Elles mettront l’accent sur l’optimisation et l’innovation des projets dès leur conception, dans leur construction et leur équipement, en vue d’une exploitation optimale des ouvrages souterrains eux-mêmes ainsi que des services et entreprises qu’ils hébergent.

Que proposerez-vous aux visiteurs ?

Près de 150 entreprises animeront l’équivalent de 220 stands sur 7 500 m². Les grands groupes français d’ingénierie et de construction seront présents, bien entendu, puisque notre pays est un vrai leader dans le domaine des travaux souterrains. Le marché français, dans ce domaine, pèse actuellement 1 milliard d’euros et il pourrait grimper à 3 milliards d’euros à l’horizon 2025, notamment grâce au Grand Paris Express (GPE) et au Lyon-Turin. La tenue de notre congrès dans la capitale nous donne d’ailleurs l’opportunité de programmer des visites techniques de plusieurs chantiers dont, bien sûr, plusieurs du GPE. Nous accueillerons aussi des entreprises étrangères. La ville-Etat de Singapour sera à l’honneur, et nous verrons notamment comment ce petit territoire réussit à articuler espaces de surface et souterrains, en créant du lien. Par ailleurs, des experts chinois et coréens présenteront en détail leurs marchés, tandis que nous entendrons un retour d’expérience des entreprises françaises engagées à Hong Kong, théâtre de grands travaux souterrains.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Il se tiendra du 13 au 15 novembre, au palais des congrès de Paris. La 3e édition des ITA Tunelling A wards 2017 se déroulera le 15 novembre, salle Wagram, à Paris. Par ailleurs, le 16 novembre, l’Aftes organise une journée consacrée à l’urbanisme souterrain et à l’architecture, à la Cité de l’architecture et du patrimoine.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X