Régions

METROPOLE LILLOISE Le site de Rhodia pourrait accueillir la station d’épuration de Marquette

Mots clés : Eau

Lancement d’une étude de faisabilité

Lille Métropole Communauté urbaine (LMCU) vient de lancer une étude de faisabilité et de programmation sur le site de Rhodia (30 hectares), situé à cheval sur les communes de Marquette et de Saint-André. Cette étude, qui doit être rendue dans un an, devra notamment déterminer si la station d’épuration de Marquette pourrait être reconstruite sur l’emplacement de cette usine qui est en périmètre Seveso jusqu’à la fin de son exploitation à l’horizon 2005-2006. Si tel était le cas, ce serait apparemment une première à l’échelle française que d’installer une station d’épuration sur un ancien site Seveso lesté d’une pollution liée à une centaine d’années d’exploitation.

L’agence Pattou est chargée du lot aménagement, le bureau d’études Antea du lot pollution et le cabinet d’avocat lyonnais Delsol et Associés du lot juridique. Outre la station, de petites activités industrielles et des aménagements paysagers sont envisagés. La possibilité de reconversion du bâtiment de stockage des Grands Moulins de Paris (appartenant à un propriétaire privé), qui est l’un des plus grands châteaux de l’industrie de la métropole, sera aussi étudiée.

Une opération de 100 à 120 millions d’euros

La station de Marquette, actuellement la plus importante de l’agglomération lilloise (750 000 équivalents habitant), sera, sur le plan de l’assainissement, le grand projet du prochain mandat communautaire. Sa reconstruction (sur place ou sur le site Rhodia), avec un calibrage autour de 550 000 équivalents habitant, coûtera entre 100 et 120 millions d’euros à LMCU.

L’inauguration, cette année des trois stations de Villeneuve d’Ascq, Grimonpont et Neuville-en-Ferrain illustre l’effort récent entrepris par la communauté urbaine en matière d’assainissement. Celle-ci a en effet investi 253 millions d’euros depuis trois ans, dont 105 millions d’euros pour la modernisation de stations d’épuration et 148 millions d’euros pour les restructurations des réseaux. A cette somme s’ajoutent 97 millions d’euros au titre des politiques obligatoires (avec par exemple la politique de lutte contre les inondations). Lille Métropole Communauté urbaine est en train de finaliser avec l’agence de l’eau le programme pour la période 2004-2006 qui devrait être transitoire, en attendant le lancement du grand projet de la nouvelle station de Marquette.

D’ici à 2006, les investissements sur les stations et les réseaux devraient avoisiner les 50 millions d’euros, avec des aides de l’agence qui devraient atteindre 7 à 8 millions sur les stations (hors la station de Marquette) et 18 millions d’euros sur les réseaux. Plusieurs petites stations d’épuration sont ainsi prévues. Quesnoy-sur-Deule (8 500 équivalents habitant) sera en travaux en 2005, Pérenchies (14 500 équivalents habitant) en est au stade du lancement d’études de maîtrise d’oeuvre. Suivront Ennetières avec 3 500 équivalents habitant et Fournes. Une trentaine de lagunes sont également prévues pour les bassins versants de moins de 2 000 habitants, les plus gros étant ceux de Deulémont et de Willems qui font actuellement l’objet d’études détaillées.

Développement des bassins de stockage

Le financement des bassins de stockage nécessaires pour accueillir les pluies d’orages fait encore l’objet de discussions entre les partenaires concernés. Ces bassins devraient, au cours des quatre ou cinq prochaines années, nécessiter environ entre 50 et 60 millions d’euros d’investissement. Un bassin de 15 000 m3 sur Fives (Gutenberg) sera en travaux cet été et un autre de taille analogue est envisagé dans le secteur Chaude-Rivière à Euralille. D’autres bassins sont également l’étude sur Loos.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X