Régions Paris

Métamorphose urbaine en cours pour l’îlot Fulton

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

96 500 logements autorisés entre le 1er août 2016 et le 31 juillet 2017, en hausse de 15,6 % sur un an.

77 100 logements commencés entre le 1er août 2016 et le 31 juillet 2017, en hausse de 15,7 % sur un an.

276 immeubles privés parisiens présentent un risque de dégradation de leur bâti contre 298 en 2016.Apur.

La première phase du projet de restructuration urbaine de l’îlot Fulton, inscrit dans le périmètre de la ZAC Paris Rive Gauche (XIIIe arrondissement), s’est achevée début juillet avec l’inauguration de 87 logements sociaux et de deux commerces. Cette opération, réalisée par ICF Habitat La Sablière et dessinée par l’architecte bordelais Bernard Bühler (lire encadré), prend pied en bord de Seine, à deux pas de la gare d’Austerlitz.

C’est en 2008 que la filiale HLM francilienne de la SNCF initie une réflexion sur l’avenir de la résidence Fulton, en collaboration avec la Semapa, aménageur de la ZAC, et la mairie du XIIIe arrondissement, en lien avec les locataires. Construite dans les années 1950, elle comptait 133 logements sociaux répartis sur plusieurs immeubles, conçus par l’architecte Daniel Michelin. Si une réhabilitation est d’abord envisagée – l’ensemble immobilier a fait l’objet d’une rénovation en 1985 -, il apparaît assez rapidement qu’une remise à neuf ne permettra pas de répondre d’une manière satisfaisante aux normes en vigueur en matière de confort et de performance énergétique.

Densifier la parcelle. D’où l’option retenue d’une opération de démolition-reconstruction, également motivée par la possibilité de densifier la parcelle, d’une superficie de 7 500 m2 , et d’introduire un peu de mixité sociale et fonctionnelle. Une fois recomposé, sur la base des prescriptions architecturales, paysagères et environnementales du groupement Brenac et Gonzalez et RFR Eléments, l’îlot Fulton regroupera 323 logements (268 sociaux et 55 intermédiaires) accompagnés de commerces, d’une crèche et de 30 places de parking en sous-sol. Soit une surface de plancher de 26 300 m2 , dont 23 800 m2 pour les logements.

La seconde phase de travaux, toujours sous maîtrise d’ouvrage d’ICF Habitat La Sablière, devrait démarrer en 2018 après démolition des deux bâtiments encore existants. Elle se compose de deux lots : l’un, confié à Périphériques, comprend 120 logements (65 sociaux et 55 intermédiaires) et deux commerces ; l’autre, attribué à Ignacio Prego Architectures, prévoit 116 logements sociaux et la crèche. Le coût total de l’opération, qui s’achèvera en 2020, s’élève à 78 M€ TTC.

Architecte associé : N°5, Marie Bühler. BET : Sero et Tribu. Paysagiste : François Charrier. Entreprise : Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Coût : 19,5 M€ TTC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une architecture ciselée

Implanté à l’angle des rues Fulton et Bellièvre, le programme de 87 logements sociaux imaginé par Bernard Bühler remplace l’ancienne « Tour 13 » qui, en octobre 2013, juste avant sa démolition, s’est reconvertie en une gigantesque œuvre de street art. D’un socle émergent deux volumes (R + 11) fragmentés et ciselés, séparés par une grande faille, qui offre des perspectives sur l’intérieur de l’îlot.

Les logements bénéficient presque tous d’une double, voire d’une triple orientation. Les balcons et terrasses, disposés d’une manière irrégulière, sont dotés de garde-corps en verre dichroïque, dont la couleur varie en fonction de la lumière. Au rez-de-chaussée, Nicolas Michelin présente une petite exposition retraçant l’œuvre de son père, Daniel, concepteur des bâtiments initiaux des années 1950.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X