Technique et chantier

MENUISERIE La profession prône une stratégie de conquête des marchés

Mots clés : Maison individuelle - Maîtrise d'ouvrage

Pour marquer son arrivée à la présidence de la Chambre professionnelle de menuiserie, agencement, parquets de la région parisienne, à la suite de Jacques Gérent, François Courtat, chef d’une entreprise de quinze compagnons à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne), a organisé le 24 novembre à la Fédération parisienne du bâtiment (FPB) un débat sur le thème « des solutions d’avenir pour une stratégie de conquête ».

Un débat qui réunissait des entrepreneurs de tous les corps d’état et auquel participaient Jean-François Bontoux, président d’Afcobois (Association française des constructeurs de maisons à ossature bois), Michel Destouches président du Groupement fonctionnel du bâtiment (GFB), Christian Louis-Victor, président de l’Union nationale des constructeurs de maisons individuelle (Uncmi), François Pellegrin, président d’Archinov, et Didier Duran, président de la FPB.

François Courtat a lancé le débat en proposant aux entrepreneurs de « bousculer les habitudes pour que change ce qui n’a jamais changé : nous devons chercher des solutions susceptibles de nous permettre d’agir vite et fort».

Les actions prioritaires

Et d’ajouter : «Nous devons relever les défis, d’autant plus que nous savons qu’il nous faut fabriquer dans des délais plus courts, à des prix compétitifs, tout en améliorant la qualité et en élargissant nos services. Les menuisiers, agenceurs, parqueteurs et treillageurs souhaitent associer à cette réflexion les autres corps d’état, ainsi que l’ensemble des partenaires de la construction, maîtres d’ouvrage publics et privés, architectes… »

Les professionnels ont reconnu qu’il fallait faire en sorte « que change d’abord l’état d’esprit : les entreprises souffrent d’avoir été portées par l’économie et la demande. Elles ont cru qu’elles pouvaient attendre les ordres du maître d’ouvrage ou du maître d’oeuvre. Trop longtemps, elles ont refusé les notions de marketing, de promotion, de communication. Elles se demandent aujourd’hui si elles n’ont pas fait fausse route, car, si la concurrence est essentiellement une concurrence de proximité, demain elle sera allemande, espagnole, italienne… »

Parmi les actions à mener en priorité, les entrepreneurs ont cité notamment : l’amélioration de la fonction « achat » permettant d’abaisser les coûts d’approvisionnement qui ont une influence sur les coûts de fabrication : « Il conviendrait de réfléchir sur l’intérêt que présenterait pour les entreprises artisanales, ou non artisanales, la création de GIE destinés à mettre en commun les achats de matériaux et fournitures. Une solution qui est déjà appliquée par certaines entreprises de bâtiment et constructeurs de maisons individuelles.

Par ailleurs, les professionnels ont évoqué la création d’unités de fabrication délocalisées permettant de regrouper des outils modernes capables de répondre à la fabrication en petite comme en grande série. Les entrepreneurs ont préconisé également le fonctionnement en réseaux, la mise en place de bureaux d’études musclés, l’application des technologies modernes de communication, l’investissement dans l’innovation…

LES CHIFFRES CLES

La profession de la menuiserie, agencement, parquets, représente en Ile-de-France :

4 172 entreprises.

16 545 actifs.

environ 8,65 milliards de francs de CA.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X