Architecture et urbanisme Prix culture, jeunesse et sport

Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) – L’Anneau de la mémoire, symbole juste

Mots clés : Enfance et famille - Manifestations culturelles - Sport

Doter la Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette d’un monument à la mémoire des soldats morts en Flandre française et en Artois, entre 1914 et 1918, revenait, pour l’architecte Philippe Prost, à « donner une forme à la fraternité ». Le jury de l’Equerre d’argent a salué « la simplicité » de cette grande ellipse réalisée à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais). Il a estimé que l’ouvrage qui porte, inscrits en son cœur, les noms des quelque 600 000 tués de part et d’autre du front, est « une réponse juste » à une commande délicate. Et parce qu’il s’agissait, par nature, d’un projet extraordinaire, hors des enjeux de l’architecture quotidienne, le Mémorial international a été distingué par un prix dans la catégorie « Culture, jeunesse et sport ».
Inauguré le 11 novembre, pour les cérémonies du centenaire de la Grande Guerre, cet Anneau de la mémoire de 328 m de circonférence, constitué de voussoirs en béton fibré ultra-haute performance (Befuhp), a aussi séduit par son inscription pertinente dans le paysage. Prenant appui sur la pente du terrain, l’ouvrage s’élève au-dessus du sol, son porte-à-faux venant symboliquement rappeler que la paix est un temps d’équilibre fragile.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Philippe Prost, architecte

Quand, le 12 novembre 1918, Monet a donné à l’Etat Les Nymphéas, qui sont à l’Orangerie, aux Tuileries, on a imaginé un cercle pour plonger le visiteur dans l’immensité. Mais il s’avérait trop petit [NDLR, les salles sont ovales]. Ce fut aussi le cas pour l’Anneau. Au fur et à mesure que les noms nous parvenaient, en fonction du nombre de caractères, le cercle devenait plus grand ou plus petit. Comme un cœur qui bat. Les Nymphéas ont été, pour Monet et Clemenceau, un monument à la paix.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : conseil régional du Nord-Pas-de-Calais ; Philippe Bauer, ordonnancement et pilotage. Maîtrise d’œuvre : Agence d’architecture Philippe Prost (AAPP), architecte mandataire. Lucas Monsaingeon, chef de projet. Pierre di Sciullo, graphiste-typographe. BET structure : C & E Ingénierie (Jean-Marc Weill, ingénieur ; Raphaël Fabbri, chef de projet). BET fluides et HQE : Bureau Louis Choulet. Economiste : Bureau Michel Forgue. Paysagiste : David Besson-Girard. Création lumière : Yann Toma. Principales entreprises : Eiffage (gros œuvre étendu), Citynox (serrurerie et gravure), Euro-Vert (aménagement paysager). Surfaces : 24 500 m2 (surface du site), 1 155 m2 (emprise au sol de l’ellipse). Coût : 5,4 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X