Régions

Marseille Une station d’épuration biologique en 2005

Mots clés : Eau

Un investissement de 1,3 milliard de francs sera nécessaire. Le nouvel équipement devrait supprimer les rejets organiques en mer.

Inaugurée en 1987, la station d’épuration de Marseille est déjà obsolète. Conçu sur un mode de traitement physico-chimique des eaux usées, cet équipement ne correspond plus aux normes européennes qui devraient entrer en vigueur à l’horizon 2005. En effet, l’eau rejetée dans l’anse de Cortiou, à l’entrée du massif des calanques, est aujourd’hui six fois plus chargée en matières organiques que les niveaux que Bruxelles s’apprête à autoriser. Afin de se conformer au droit communautaire, la ville se voit donc dans l’obligation de réaliser une station biologique qui prendra le relais de l’usine actuelle entre 2004 et 2005.

Ce projet vient d’être officiellement lancé à travers l’élaboration d’un programme d’investissement mis en place par la municipalité et l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse. Ce partenariat financier, qui devrait recevoir le soutien du conseil général et de la région, porte sur un investissement total de 1,329 milliard de francs. Une enveloppe destinée à financer à la fois la future usine biologique (700 millions) mais aussi l’aménagement des réseaux et le traitement des rejets urbains par temps de pluie. Au terme de ce contrat d’agglomération, une étude de faisabilité sera lancée au cours des prochains mois. Il s’agit notamment de déterminer si une partie des installations de l’actuelle station d’épuration peut être utilisée dans la nouvelle réalisation. Cette étude achevée, un appel d’offres sur performances sera lancée (second semestre 2000) et les travaux pourront débuter en 2002. La nouvelle entité sera opérationnelle en 2004. Pour Robert Assante, l’adjoint au maire délégué à l’assainissement, ce projet permettra d’améliorer « très sensiblement » la qualité des eaux de baignade et de doter la cité phocéenne « d’un équipement parmi les plus performants en Europe ».

PHOTO : L’actuelle station d’épuration en service sous le stade Delort ne correspond plus aux normes européennes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X