Marchés publics Entretien avec Tim Brienen, directeur des affaires financières du Centre hospitalier intercommunal de Créteil.

Marchés publics – « Nos fournisseurs sont payés en quatre jours grâce à l’affacturage inversé »

Mots clés : Établissements de soins - Etat et collectivités locales

Alors qu’il figurait parmi les plus mauvais élèves en matière de délais de paiement, le Centre hospitalier intercommunal de Créteil (Val-de-Marne) a décidé en 2016 de passer à l’affacturage inversé. Avec des résultats saisissants, récemment récompensés à Bercy d’un « coup de cœur » dans le cadre des Prix des délais de paiement.

Pourquoi avoir opté pour l’affacturage inversé ?

Avant la mise en place de ce dispositif, nous suivions une procédure classique. Nous recevions une facture que nous validions, puis celle-ci partait à la trésorerie qui la payait en fonction des disponibilités. Mais cela prenait beaucoup de temps. En 2014, notre délai de paiement moyen s’élevait à 118 jours, avec un pic à 165 jours au mois d’août ! Nous avons réussi à faire descendre ce chiffre à 74 jours en accélérant la chaîne de la facturation, mais pas plus. Or, le délai légal maximal pour les hôpitaux est de 50 jours. L’idée de l’affacturage inversé a alors germé. Cela consiste pour nous, client, à proposer à nos prestataires de se faire payer comptant leurs factures par un organisme financier, appelé « factor », moyennant un escompte.

Comment s’est déroulée sa mise en place ?

Dès juin 2016, nous avons sollicité nos avocats ainsi que Bercy, qui était, au départ, assez réticent envers ce dispositif. En parallèle, nous avons...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5962 du 09/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X