[TO] Commande publique

Marchés publics Modèle de déclaration de candidat DC5

Direction des affaires juridiques – Mise à jour octobre 2008

À quoi sert le DC5 ?

Le DC5 est un modèle qui peut être utilisé par les candidats aux marchés publics à l’appui de leur candidature (procédures restreintes) ou dans l’enveloppe contenant les éléments relatifs à la candidature (procédures ouvertes).

Il permet à l’acheteur de s’assurer que le candidat remplit les conditions nécessaires pour accéder aux marchés publics et présente les garanties techniques, professionnelles et financières suffisantes

Comment remplir le DC5 ?

1. Identification du candidat (rubrique C)

La déclaration du candidat doit être signée par une personne ayant le pouvoir d’engager la personne morale candidate. Le pouvoir d’engager n’a pas à être joint à la candidature ou à l’offre mais doit pouvoir être produit sur simple requête de l’acheteur.

Les renseignements ou documents demandés (rubrique C2) permettent d’identifier un éventuel bénéficiaire des dispositions de l’article 53 IV du code des marchés publics.

2. Renseignements relatifs à la situation financière, à la nationalité, aux moyens, références et qualifications du candidat (rubriques D, E, F, G et H)

L’arrêté du 28 août 2006 susvisé fixe la liste des renseignements et documents pouvant être demandés aux candidats aux marchés passés par un pouvoir adjudicateur. Les points de cette liste sont repris dans les différentes rubriques du DC5. Le candidat apporte les réponses qui correspondent aux demandes de l’acheteur précisées dans l’avis d’appel public à la concurrence ou les documents de la consultation.

Si le candidat est un opérateur étranger, il fournit, dans certains cas où l’acheteur le demande dans l’avis d’appel public à la concurrence, un document prouvant qu’il dispose d’une autorisation spécifique, ou qu’il est membre d’une organisation spécifique pour pouvoir fournir dans son pays d’origine le service dont il est question. Ce sera par exemple le cas si la profession est réglementée dans son pays d’origine (taxis), ou si la profession est soumise à autorisation.

3. Déclarations et attestations sur l’honneur (rubrique I)

Les interdictions de soumissionner à un marché public sont fixées par l’ article 43 du Code des marchés publics. Elles résultent des dispositions des directives 2004/18/CE et 2004/17/CE et des articles 8 et 38 de l’ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au Code des marchés publics.

Au stade du dépôt de la candidature et / ou de l’offre, le candidat atteste sur l’honneur qu’il a satisfait aux obligations fiscales et sociales, et qu’il ne fait l’objet d’aucune interdiction de concourir mentionnée à cette rubrique.

Pour mémoire, conformément à l’article 46 du Code des marchés publics, seul le candidat retenu devra fournir la preuve de la régularité de sa situation fiscale et sociale dans un délai prescrit par l’acheteur. Ce délai est généralement bref. À cet effet, le candidat prend toutes mesures utiles pour être à même de produire les certificats attestant de l’effectivité de l’exécution de ses obligations. Pour ce faire, il peut utiliser le DC7.

4. Sanction des fausses déclarations

Un candidat qui fait une fausse déclaration est sanctionnable au titre de l’article 441-1 du code pénal pour faux et usage de faux.

Où envoyer le DC5 ?

Le candidat remet le DC5, accompagné du dossier correspondant, à l’administration qui passe le marché. Cette transmission peut être opérée par voie électronique. Dans ce cas, le DC5 est signé électroniquement dans les conditions prévues, d’une part, par le Code des marchés publics et par l’arrêté du 28 août 2006, pris en application du I de l’article 48 et de l’article 56 du Code des marchés publics et relatif à la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics formalisés, et, d’autre part, par le règlement de la consultation.

En principe, pour signer électroniquement, un certificat de signature électronique et un logiciel de signature sont nécessaires. Toutefois, l’intéressé n’a pas besoin de disposer d’un logiciel de signature s’il utilise un portail offrant cette fonctionnalité.

1°) L’entreprise choisit librement une catégorie de certificats de signature électronique référencée, qui est commercialisée par des sociétés spécialisées appelées «prestataires de services de certification électronique». La liste des catégories de certificats de signature électronique référencées est publiée sur le site Internet du ministre chargé de la réforme de l’État à l’adresse suivante : «http://www.entreprises.minefi.gouv.fr/certificats/». Cette liste est évolutive. Elle est en effet actualisée au fur et à mesure des référencements effectué par le ministre chargé de la réforme de l’État. Toutes les catégories de certificats de signature électronique référencées sont acceptées par tous les pouvoirs adjudicateurs (État, collectivités territoriales, établissements publics).

2°) L’entreprise fait parallèlement l’acquisition, en tant que de besoin, d’un logiciel de signature. Le logiciel de signature peut être intégré au document (Adobe Acrobat Writer version 6, MS Office depuis la version 2000-2002, OpenOffice depuis la version 2) ou bien peut être distinct du document, certains sont libres (Cryptonit, Adesium).

La signature se fait sur le poste de travail. Mis à part pour la signature par plate-forme, il n’y a pas besoin d’être connecté. Une fois le fichier signé, l’utilisateur peut le transférer sur le support externe de son choix (clé USB, CD-Rom, DVD…).

voir PDF pour modèle de déclaration DC5.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

COMMENTAIRE

La direction des Affaires juridiques du ministère de l’Economie vient de mettre à jour les formulaires de « déclaration du candidat » DC5 et DC6 afin de d’actualiser les numéros d’articles qui renvoient au Code du travail modifiés le 1er mai 2008. Ces documents, non obligatoires, facilitent le travail des entreprises candidates et des maîtres d’ouvrage.

Textes de référence Article 29 de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Articles 8 et 38 de l’ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics Articles 43, 44, 45, 46, 47, 52, 53 et 114 du code des marchés publics Arrêté du 28 août 2006 pris en application de l’article 45 du code des marchés publics et fixant la liste des renseignements et des documents pouvant être demandés aux candidats aux marchés passés par les pouvoirs adjudicateurs Arrêté du 28 août 2006, pris en application du I de l’article 48 et de l’article 56 du code des marchés publics et relatif à la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics formalisés Arrêté du 31 janvier 2003 pris pour l’application de l’article 46 du code des marchés publics et de l’article 8 du décret n° 97-638 du 31 mai 1997 pris pour l’application de la loi n° 97-210 du 11 mars 1997 relative au renforcement de la lutte contre le travail illégal modifié par l’arrêté du 28 décembre 2004
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X