[TO] Marchés privés

Marchés privés La résiliation du marché implique la recherche des fautes

Arrêt du 2 juillet 2008 N° de pourvoi : 07-16123 – Cour de cassation – « Salah X c./ Société Botta et fils »

La cour de cassation, troisième chambre civile, a rendu l’arrêt suivant :

Sur le moyen unique :

Vu l’article 1147 du code civil ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Aix-en-Provence, 22 juin 2006), que la société Botta et fils s’étant vu confier le lot maçonnerie-gros œuvre lors d’une opération de construction, a sous-traité à M. Salah X…, exerçant à l’enseigne Irenov, des travaux relatifs à l’édification d’un mur coupe-feu et de murs de locaux techniques ; qu’un devis a été établi le 26 juin 2000, la fin des travaux étant prévue à la fin du mois d’août ; que, par lettre recommandée avec avis de réception du 15 septembre 2000, la société Botta et fils a résilié le marché en raison du retard pris sur le montage du mur coupe-feu ; que les parties étant en désaccord sur les causes de la résiliation, ont mutuellement demandé la condamnation de l’autre, avec compensation des dettes réciproques ;

Attendu que pour débouter M. X… de sa demande en paiement de dommages-intérêts pour rupture abusive du marché le liant à la société Botta et fils, l’arrêt retient que l’entreprise principale comme le sous-traitant ont concouru ensemble à la rupture de leurs relations contractuelles et que le droit à des pénalités de retard susceptibles d’être dues par le sous-traitant est compensé avec le droit à dommages-intérêts susceptibles d’être dus par l’entreprise principale du fait du non-respect des formalités devant entourer la résiliation du marché ;

Qu’en statuant ainsi, sans rechercher si les manquements respectifs des parties à leurs obligations avaient causé à chacune d’elles un égal préjudice de nature à entraîner la compensation totale entre les dommages-intérêts auxquels elles pouvaient réciproquement prétendre, la cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision ;

Par ces motifs :

casse et annule, mais seulement en ce qu’il déboute M. X… de sa demande en paiement de dommages-intérêts formée contre la société Botta et fils pour manquement à ses engagements contractuels, l’arrêt rendu le 22 juin 2006, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée ;

Condamne la société Botta et fils aux dépens ;

Vu l’article 700 du code de procédure civile, condamne la société Botta et fils à payer la somme de 2 500 euros à M. X… ; rejette la demande de la société Botta et fils ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l’arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, troisième chambre civile, et prononcé à l’audience publique du deux juillet deux mille huit par M. Cachelot, conseiller le plus ancien faisant fonction de président, conformément à l’article 452 du code de procédure civile.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X