Technique et chantier

MAJORS Vivendi est satisfait des marges de la SGE

Mots clés : Electricité - Entreprise du BTP - Industriels du BTP - Réseau routier

-Les résultats 1998 du groupe battent des records dans l’environnement, l’électricité et la route.

Et de deux. Pour la deuxième année consécutive, Jean-Marie Messier, président de Vivendi, a pu rendre hommage à Antoine Zacharias, P-DG de la SGE : « Il a fait du très bon boulot, et est en avance d’un an sur son tableau de marche. » Le pôle aménagement du groupe de l’avenue de Friedland a en effet confirmé sa capacité de rentabilité propre en 1998 : le résultat d’exploitation est de nouveau positif dans l’immobilier (CGIS, voir encadré), à 34 millions de francs (5,3 millions d’euros), et a été multiplié par trois dans le BTP (SGE), à 810,8 millions de francs (123,6 millions d’euros). Une fusion des deux entités à moyen terme n’est pas exclue, et Vivendi confirme son intention de franchir le millénaire avec la SGE. En clair : pas de désengagement avant début 2001.

Pour l’ensemble de ses métiers, Vivendi affiche une nouvelle fois des performances brillantes : + 25 % pour le chiffre d’affaires, à 208 milliards de francs (31,7 milliards d’euros) ; + 119 % pour le résultat d’exploitation ; et + 36 % pour le résultat net. Dans l’environnement, l’activité s’est accrue de 7,5 %, et de 13 % à l’international. Dans la communication, l’activité a bondi de 258 %, en raison notamment de la consolidation d’Havas. Pour 1999, Jean-Marie Messier prévoit une augmentation supérieure à 10 % de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices nets, et de 45 % de son résultat d’exploitation.

De son côté, Antoine Zacharias se félicite lui aussi des résultats de l’exercice 1998. L’activité de la SGE s’est tassée l’an dernier, mais les marges ont doublé. « Le chiffre d’affaires n’est pas notre obsession », a clamé le P-DG. « Ce qui est important, c’est la sélectivité. J’estime qu’il faut sortir de la fatalité du résultat net à 1 %, et qu’il faut absolument atteindre 2 %. Je ne doute pas que la SGE puisse y arriver ! »

Après avoir engagé 2,5 milliards de francs de restructurations sur trois ans, et réduit les effectifs de 10 000 personnes, le profil de l’entreprise est jugé « recentré de manière équilibrée sur les métiers de la construction ». Dynamique à l’international, le BTP en France est en baisse de 3,6 % à cause de la déprime du génie civil. La thermique-mécanique est en recul de 4,5 %.

A l’inverse, les travaux électriques et la route progressent, et pèsent aujourd’hui 55 % du chiffre d’affaires total. Ils atteignent même une rentabilité d’exploitation proche des niveaux historiques : 2 % dans la route, et 4,1 % dans l’électricité. En 1999, le bâtiment devrait être « plat », tandis que les TP accuseraient une nouvelle baisse de 4 à 5 %. La SGE prévoit une progression à deux chiffres de son résultat d’exploitation et de son résultat net, pour une activité en très légère hausse.

CHIFFRES CLES 1998

Vivendi : chiffre d’affaires : 208,2 milliards de francs (31,7 milliards d’euros), + 24,6 %.

Résultat d’exploitation : 9,1 milliards de francs (1,39 milliard d’euros), + 119 %.

Résultat net part du groupe : 7,35 milliards de francs (1,12 milliard d’euros), + 36 %.

SGE : chiffre d’affaires : 52,549 milliards de francs (8,011 milliards d’euros), -1,6 %.

Résultat d’exploitation : 810,8 millions de francs (123,6 millions d’euros), + 187,4 %.

Résultat net part du groupe : 604,8 millions de francs (92,2 millions d’euros), + 96,8 %.

ENCADRE

Unibail : un patrimoine de 20 milliards de francs

Conformément à son souhait de ne pas avoir de politique patrimoniale dans l’immobilier, la CGIS a cédé 5,858 milliards d’actifs à Unibail. Ils sont composés de 165 250 m2 de bureaux à La Défense (tours Ariane, Michelet, Galilée et Village Valmy), à Paris et à Neuilly (les immeubles Havas) et de 134 000 m2 d’actifs commerciaux (le Cnit, le Carrousel du Louvre et la Colline de La Défense). Vivendi, qui réalise une moins-value de 4,37 milliards de francs (déjà provisionnée), prévoit de céder d’ici à la mi-1999 ses hôtels. Avec un patrimoine de près de 20 milliards, Unibail, devient la première foncière européenne.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X