Régions Grand Est

Mader bétonne en rond dans le Center Parcs d’Hattigny

Une dizaine de bassins aux courbures les plus variées et les plus audacieuses : pour l’entreprise Mader, le chantier du nouvel espace spa-détente du Center Parcs du domaine Les Trois Forêts d’Hattigny (Moselle) renouvelle la géométrie du coulage du béton. « Nous avons répondu aux demandes particulières du client par un coffrage circulaire réglable, réalisé avec une feuille de PVC de quelques millimètres. La matière, préférée à l’inox, apporte la souplesse nécessaire pour obtenir les formes requises », relate Jean-Marc Kornacker, P-DG de la société coopérative basée à Guebwiller (Haut-Rhin).

Mader achèvera, fin février, le gros œuvre (1,8 M€ HT) dans le cadre de son lot élargi aux terrassements et aux réseaux enterrés, qu’il réalise avec sa filiale STPM. Il coule sur place les voiles extérieurs d’environ 15 m de long. Seules les poutres et les prédalles de la dalle haute du rez-de-chaussée ont été préfabriquées, par EG Préfa, autre société du groupe. D’une épaisseur de 30 cm, ce plancher supporte la charpente à deux arcs en bois lamellé-collé réalisée par Charpente Houot. Au total, le chantier consommera 2 550 m3 de béton.

Historial et Studium. Le nouvel espace est conçu par Art’Ur (Philippe Pascal), avec Artelia en maîtrise d’œuvre d’exécution et le bureau d’études Mube. Pour son maître d’ouvrage, le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, il s’inscrit dans un investissement de 50 M€ prévus pour l’extension du site. Celle-ci est déjà matérialisée par les 141 nouveaux cottages de l’automne dernier : une autre référence Mader. « Nous avons construit 1 091 des 1 160 logements du domaine depuis son origine », souligne Jean-Marc Kornacker.

Habitué aux formes courbes, Mader en a déjà produit jusqu’à l’été dernier à l’historial du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin) construit telle une amande, et il renoue avec elles actuellement pour ériger le « Studium » de l’université de Strasbourg. Ces marchés et d’autres confortent le retour en force du groupe de 210 salariés, assure son dirigeant : « Après une année creuse en 2015, nous renouons depuis 2016 avec un chiffre d’affaires d’un peu plus de 30 M€. » L’activité de gros œuvre (plus des deux tiers) est complétée par de la préfabrication, des TP, du désamiantage et du génie civil via la filiale Richert rachetée il y a deux ans et demi, qui a rebondi dans les ouvrages hydrauliques.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X