Régions

Lyon Une bonne année 1998 pour le marché locatif

« Après cinq années de récession, le marché privé lyonnais s’engage sur le chemin d’un lent rétablissement » constate Jean-François Lacourtablaise, président de la Confédération nationale des administrateurs de biens Lyon (Cnab).

Après « une année noire » en 1997, 1998 apparaît en effet globalement satisfaisante. Michel Mouillart, professeur à Paris-X, et auteur depuis 1990 des analyses statistiques pour le compte de la Cnab Lyon, espère de 1999 la confirmation de cette sortie de crise et non pas, à l’instar de 1994 et de 1996, la constatation d’une simple année de répit : « Tout va dans le sens de l’amélioration de la fluidité, insiste Michel Mouillart. Si cela se confirmait, le montant des loyers devrait à nouveau progresser, de 1 %, et la tendance s’accélérer ».

TABLEAU : Comparatif des loyers par types – Entre 1997 et 1998, Lyon et Marseille et Saint-Etienne enregistrent un résultat global en hausse alors que Bourg-en-Bresse recule (d’après les études réalisées par Michel Mouillart).

Prix du marché

Hausse moyenne de 1,3 % avec + 2,2 % pour les studios et + 4,9 % pour les villas. Tassement du prix moyen des T3 (- 0,6 %) et des T5 (-1,4 %).

Hausse moyenne de 3,9 % pour la première location en neuf avec une prime au neuf comprise entre 16 % et 30 %.

Structure du marché

Diminution de l’offre de 4,7 % sur tous les segments avec -8 % pour les studios et les T1, -9,6 % pour les T3 et -9,8 % pour les T4.

Stabilité de la structure des locations réalisées malgré une légère augmentation de la part des T2.

Diminution du temps de relocation généralisée (majorité entre 1 à 3 mois après la mise sur le marché) exceptés les studios et les T1 en hausse.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X