Régions

Lorraine Le Sprir souhaite développer le réseau routier

Mots clés : Entreprise du BTP - Réseau routier

«Se déplacer plus pour gagner plus ». Telle est en substance la théorie présentée par Jean Poulit, ancien préfet et ancien directeur de l’Equipement Ile-de-France, à l’occasion de l’assemblée générale du Syndicat professionnel de l’industrie routière (Sprir) de Lorraine. Dans son intervention intitulée « Des territoires bien desservis pour soutenir la croissance », l’orateur a démontré la corrélation entre accessibilité des zones économiques et supplément de PIB. Appliquée à l’Est de la France, cette équation évalue à 140 millions d’euros par an le gain généré par le contournement ouest de Strasbourg et à deux ans et demi la durée du retour sur investissement. En Lorraine, le ratio investissement/gain d’un doublement de l’autoroute A31 n’a pas encore été calculé selon cette méthode, mais Jean Poulit se dit convaincu que ce nouvel axe présenterait plus d’avantages que d’inconvénients.

« Le Grenelle de l’Environnement ne gèle pas les projets routiers et la liste des exceptions s’allonge », note Eric Tschitschmann : le directeur régional et départemental de l’Equipement de Lorraine et de Moselle rappelle que Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, a demandé à la préfecture de région de poursuivre les études d’une autoroute A32. Autant de discours qui confortent la mobilisation des adhérents du Sprir en faveur d’un développement des infrastructures routières en Lorraine.

La profession a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 570 millions d’euros pour 4 000 salariés et prévoit de recruter deux jeunes par jour en Lorraine au cours des prochains mois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X