Régions

LORRAINE Le bâtiment/génie civil redresse ses marges

-Première année de stabilité après six ans de récession dans les travaux publics.

« Après des années difficiles, la production dans le bâtiment/génie civil confirme son évolution favorable. » La Banque de France/Lorraine tire cette conclusion optimiste de son enquête annuelle auprès des 304 entreprises, représentant 47 % des salariés du secteur. Elle chiffre à + 2,9 % la hausse de la production en 1998, au bénéfice surtout du bâtiment, le génie civil affichant seulement une augmentation de 2 %.

La principale progression concerne la rentabilité : les entreprises de bâtiment et de génie civil ont accru de 42 % leur taux de marge brute d’exploitation l’an dernier. « Elles partaient d’un niveau bas. Nous n’assistons qu’à une reconstitution progressive des marges », tempère Dominique Cadillat, directeur régional de la Banque de France. « La pression à la baisse sur les prix demeure très forte », renchérit Norbert Monti, président de la FFB Lorraine.

L’emploi en revanche est resté stable, mais 1999 pourrait engendrer une embellie très modérée : + 0,8 % d’effectifs prévus par le panel de l’enquête Banque de France. L’inquiétude de la succursale régionale de la Banque centrale concerne la baisse forte des investissements immatériels : – 35 % en 1998. Compte tenu du doublement des dépenses informatiques pour préparer le passage à l’an 2000 et à l’euro, cette baisse globale signifie un « effondrement de l’investissement en recherche/développement ou en moyens commerciaux ».

Les TP lorrains, quant à eux, « ont connu en 1998 leur première année de stabilité après six ans de récession », selon Philippe Bard. En 1999, le président de la FRTP prévoit une évolution comprise entre – 1 % et + 1 %. « Nous comptons beaucoup sur les collectivités locales, qui représentent 42 % de notre chiffre d’affaires », poursuit Philippe Bard.

Pour répondre à l’attente des TP et du bâtiment, une enveloppe record de 330 millions de francs de prêts bénéficiera aux collectivités locales dans le cadre de la nouvelle convention entre les fédérations régionales et le Crédit local de France-Dexia. Signé le 8 mars, le protocole s’élargit cette année aux villes jusqu’à 30 000 habitants et aux conseils généraux. A partir d’une enveloppe de 70 millions de francs, la convention 1998 a généré 480 millions de francs de travaux.

GRAPHIQUE : Evolution des effectifs, de la production et des investissements (1998-1999) – Hausse de la production – Les entreprises produisent plus, mais les effectifs restent stables.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X