Régions

Lorraine La manne gazière dope la construction

Mots clés : Carburant - Energie renouvelable - Gaz

Jamais, depuis la construction de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) dans les années 1980, la Lorraine n’avait autant investi dans la production d’énergie. Encore inédite dans la région, la technologie dite « combined cycle gas turbine » (CCGT), associant une centrale à gaz et une centrale à vapeur pour optimiser l’efficacité énergétique de la combustion du gaz, cumulera une puissance de 1 600 MW d’ici à 2012 grâce à trois nouvelles centrales à Carling (Moselle, voir encadré), Toul et Blénod-lès-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). L’investissement total dépasse le milliard d’euros.

EDF reconvertit Blénod, Poweo arrive à Toul

Pour les entreprises régionales, l’échéance la plus immédiate concerne la reconversion de l’ancienne centrale à charbon d’EDF, construite en 1963 à Blénod-lès-Pont-à-Mousson. L’électricien a retenu General Electrics pour la turbine à compression et Eiffage pour les travaux de terrassement et de génie civil. L’ensemble des lots devrait être attribué d’ici à la fin de l’année.

« La technologie du CCGT requiert certaines fournitures pour lesquelles l’offre mondiale se réduit à une demi-douzaine de constructeurs. En revanche, nos appels d’offres, ouverts aux prestataires nationaux et locaux, incluent une dimension de compétitivité qui peut s’avérer favorable aux entreprises locales », souligne Jack Venuat, directeur de la centrale. La nouvelle unité de 400 MW entrera en service en 2011 après un investissement de 300 millions d’euros.

A Toul (Meurthe-et-Moselle), le nouvel opérateur Poweo engage la même somme dans la construction d’une centrale thermique à cycle combiné gaz d’une puissance de 410 MW, dans le cadre d’un partenariat à 60/40 avec l’autrichien Verbund. Situé sur le site de la Croix-de-Metz, à proximité d’un poste électrique d’EDF, le projet a fait l’objet d’une enquête publique prolongée jusqu’à fin juillet et les choix technologiques de la centrale ne sont pas encore arrêtés. Poweo s’engage néanmoins à favoriser les entreprises locales pour ce chantier qui mobilisera 400 personnes et représentera un million d’heures de travail jusqu’à la mise en service de l’installation au second semestre 2011.

Poweo et ArcelorMittal poursuivent les études visant l’implantation d’une, voire de deux centrales à cycle combiné gaz dans la vallée de l’Orne (Moselle), ainsi qu’un projet de valorisation des gaz de hauts-fourneaux de Florange et un pilote de captation, de transport et de stockage de CO2.

De la production au transport

Les trois gros projets gaziers de Lorraine se développent en même temps que les gazoducs nécessaires au transport du combustible. Gestionnaire du réseau, GRT mobilise un investissement cumulé de 240 millions d’euros sur quatre projets à livrer d’ici au mois d’octobre 2009 : 100 millions pour le confortement des stations de compression d’Obergailbach, de Cerville et de Laneuvelotte (Meurthe-et-Moselle) ; 55 millions pour deux nouvelles stations à Laneuvelotte ; 55 millions pour le doublement des capacités de deux tronçons de l’artère nord-est, sur un total de 58 km en Moselle et Meurthe-et-Moselle ; 30 millions pour raccorder au réseau la centrale Emile-Huchet de Carling par un tronçon de 37 km.

Rarement attributaires des appels d’offres, les entreprises lorraines n’en captent pas moins une part non négligeable des travaux. Adjudicataire du gazoduc Racrange-Carling, l’entreprise nantaise DLE a fait appel à une dizaine de sous-traitants locaux pour le drainage, le génie civil et les travaux forestiers. GRT a confié le renforcement de l’artère nord-est au groupement franco-italien Spac-Sicim, mais réserve 10 % des travaux aux entreprises locales. Les travaux neufs de Laneuvelotte se répartiront à parts égales entre entreprises nationales et régionales.

« Décidés en 2006 à la demande d’industriels et de fournisseurs d’énergie nationaux, nos investissements au long de l’artère du nord-est ne sont pas directement liés à l’implantation des CCGT, décidée un an plus tard. Mais la bonne desserte gazière peut favoriser de nouvelles implantations industrielles en Lorraine », estime Jean-Marc Laouchez, directeur de la région Nord-Est à GRT, filiale de Gaz de France chargé de l’infrastructure gazière.

Une vocation énergétique renouvelée

Poweo n’a pas attendu la réalisation de cette prédiction pour lancer la Lorraine sur le créneau de la biomasse. L’opérateur annonce un investissement de 50 millions d’euros, en partenariat avec la soudière Novacarb de Laneuveville (Meurthe-et-Moselle). L’unité, qui produira 16 MW à compter de 2010, sera alimentée à partir de bois, de paille et du roseau chinois miscanthus. Elle conforte la Lorraine comme terre d’énergie et d’industrie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Chantier transfrontalier à la centrale de Carling

Double record à la centrale Emile-Huchet de Carling (Moselle) : chiffré à 470 millions d’euros, le plus grand chantier en cours en Lorraine détient la première place nationale, parmi les projets de nouvelles capacités en cycle combiné gaz. « Siemens maîtrise bien cette technologie, pour l’avoir mise en œuvre à maintes reprises en Europe et en Amérique du Sud », indique Michael Weis, chef du chantier pour l’industriel allemand.

Sous maîtrise d’ouvrage de la Société nationale d’électricité et de thermique (Snet), les deux tranches totalisent 860 MW. Elles s’ajouteront aux 1 068 MW déjà installés sur ce site édifié en 1948 pour valoriser les « schlamms » issus du lavage du charbon. Le nouveau projet comporte un bâtiment administratif et de contrôle, un bâtiment de traitement d’eau, deux salles des machines, deux batteries de tours à réfrigération forcée et deux chaudières de récupération implantées par le chaudiériste belge CMI. Siemens et CMI ont sélectionné en grande région la plupart des entreprises. Le chantier, qui emploie 300 personnes en moyenne et jusqu’à 800 personnes en pointe, se déroule conformément aux prévisions. 80 % des opérations de fondations sont terminées et les structures métalliques des salles des machines et des chaudières sont en cours de montage.

Maître d’ouvrage : Snet (Endesa, groupe Eon) ; assistance à maîtrise d’ouvrage : CDF Ingénierie (Freyming-Merlebach, Moselle).

Maître d’œuvre : Siemens (Allemagne) et CMI (Belgique).

Architecte : Nicole Habert (Saint-Avold, Moselle).

Génie civil : Besix (Belgique) et ses sous-traitants dont Lux TP (Luxembourg) et Urbed (Pologne).

VRD : Eurovia (Forbach, Moselle).

Charpentes métalliques des salles des machines : Barbot (Indre-et-Loire).

Montage des charpentes métalliques et modules chaudières : Sitral (Faulquemont, Moselle).

Terrassements et excavations : Altima (Maizières-lès-Metz).

Livraison : 1er semestre 2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X