Régions

Loire-Atlantique Peinture-décoration Un savoir-faire qui séduit les Chinois

LAcanthe revient de loin. Spécialisée dans la restauration de décors et peintures polychromes du patrimoine, la PME de Carquefou travaillait essentiellement pour les monuments historiques (hôtel Limur à Vannes, cathédrale de Quimper, Parlement de Bretagne). Les restrictions budgétaires dans ce secteur ont failli lui être fatales. De fait, en deux ans, son chiffre d’affaires (1,2 million d’euros en 2006 et 700 000 en 2007) et ses effectifs ont été divisés par deux (14 salariés, contre 29 en 2006). Même s’il prévoit un regain de l’activité en France en 2009, Christophe Chauveau, le dirigeant fondateur, a choisi de tenter sa chance en Chine. Sa démarche a consisté à s’insérer dans un réseau de designers installés à Shanghai et à monter une équipe de quatre peintres chinois formés au savoir-faire de L’Acanthe. Fin septembre, Christophe Chauveau a créé une filiale avec 100 % de capitaux étrangers. « C’est indispensable pour facturer de Chine, car nos premiers prix fixés en fonction du déplacement d’un Français étaient 30 % à 40 % plus élevés que ceux du marché chinois », détaille le dirigeant. Sa société basée, à Shanghai a trois activités : la vente de peintures créées par L’Acanthe, telles des peintures écologiques à base de chaux, diffusées sous la marque « La pierre fertile » et « Pochoirs L’Acanthe » ; la gestion des chantiers de décoration haut de gamme (hôtellerie de luxe à l’instar du Novotel de Hong-Kong) ; et à plus long terme, la restauration de patrimoine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X