Technique et chantier

Logement Une préoccupation majeure des villes moyennes

Mots clés : Logement social - Marché de l'immobilier - Politique du logement

-Elles accueillent 39 % de la population mais concentrent 71 % des logements sociaux.

La vision des maires des villes moyennes sur le logement a changé : ils ne le considèrent plus désormais comme une réponse à un problème démographique mais comme un facteur de développement économique : c’est ce qui ressort d’une étude de la Fédération des maires des villes moyennes et de la Datar portant sur 161 villes. Six grands axes s’en dégagent.

Les villes ont fait un gros effort en matière de logement pendant les années 80. Le nombre de logements locatifs sociaux a donc progressé plus vite que celui des habitants, notamment dans le collectif.

A l’inverse des grandes villes, les villes moyennes centres d’agglomération accueillent en moyenne 39 % de la population mais concentrent 71 % des logements sociaux. D’où de lourdes charges de centralité.

On observe l’émergence irréversible de politiques locales de l’habitat, induites par le désengagement de l’Etat et d’une approche qualitative permettant de prendre en compte la réalité économique et sociale de la commune et d’induire le logement dans une perspective globale de développement. Cette situation requiert une clarification des organismes d’HLM et une simplification des modalités d’intervention de l’Etat.

« La coopération intercommunale est considérée par les villes moyennes comme un facteur favorable, probablement inéluctable, pour le développement de ces politiques locales », selon l’étude. Les plans locaux pour l’habitat sont des outils reconnus qui demandent un accompagnement continu de l’Etat.

Les villes moyennes souhaitent une meilleure articulation entre la politique d’aménagement du territoire nationale et l’aménagement de leur territoire. Ils réclament une approche territoriale de la question.

Enfin, les villes moyennes et la fédération déplorent de manquer d’information sur le logement.

PHOTO : Le logement non plus comme réponse à un problème démographique, mais comme facteur de développement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X