Régions

Logement social : les pistes de réflexion de Jean-Jack Queyranne

Le secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-mer, à l’instar d’ailleurs de ses prédécesseurs rue Oudinot, est persuadé que « le secteur du logement est la clé de l’amélioration de la qualité de la vie et du bien-être des populations d’outre-mer ».

Le secrétaire d’Etat souhaite notamment que :

le secteur locatif social demeure prioritaire, malgré la baisse des crédits inscrits à la LBU (ligne budgétaire unique) de 150 millions de francs, en partie compensée par la baisse du taux de TVA qui est passée de 9,5 % à 2,1 % ;

une séparation soit faite entre le prêt et la subvention accordée aux logements locatifs sociaux et très sociaux ;

le produit (prêt locatif intermédiaire (PLI) soit rénové, « dans le sens d’une moindre complexité et d’une efficacité renforcée » ;

le nombre de logements évolutifs sociaux (LES) augmente sensiblement dès 1998 ;

les fonds régionaux d’aménagement foncier et urbain (Frafu) permettent de mieux mobiliser les financements européens en vue de faciliter et d’accélérer la construction de stations d’épuration dans les départements d’outre-mer ;

un effort accru voit le jour en matière de résorption de l’habitat insalubre (RHI), grâce notamment au transfert des crédits de la RHI (96 millions en 1997) au secrétariat d’Etat à l’Outre-mer.

PHOTO : Jean-Jack Queyranne secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-mer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X