Régions LILLE

Logement : les promoteurs annoncent avoir touché le plancher en 2013

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gestion et opérations immobilières - Gouvernement - Plancher (structure)

L’immobilier lillois souffre de la conjoncture défavorable. Néanmoins, la transition Scellier- Duflot s’est mieux opérée que prévu et laisse espérer une reprise.

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de la région Nord a livré ses statistiques pour 2013. L’aire urbaine de Lille (1,1 million d’habitants) représente 80 % de ce marché qui englobe les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Aisne et de la Marne. Comme partout en France, 2013 a été une année plancher, entre la fin du dispositif Scellier et le vote de la loi Duflot. 1 629 ventes ont été enregistrées durant la période dans la communauté urbaine de Lille (85 communes), quand la moyenne annuelle se situe autour de 2 000 logements. Les courbes fléchissent tant en termes de collectifs (1 418 ventes) que de maisons individuelles groupées (209 ventes) ou de résidences (2 ventes seulement contre 437 en 2009). On note un maintien des collectifs hors ventes en bloc aux bailleurs, toutefois très en deçà du pic de 2011.

Outil pertinent

De même, après une érosion continue des ventes à investisseurs de 2010 à 2012 suite aux rabotages successifs du dispositif Scellier, on constate une stabilisation de celles-ci (706 en 2013 contre 661 en 2012). Les investisseurs représentent 63 % du marché. Le passage au dispositif Duflot n’a donc pas été la catastrophe annoncée.
« C’est un outil pertinent qui a été victime à son départ d’un petit blocage par défaut de compréhension, explique Pascal Boulanger, président de la FPI Nord. Le loyer plafonné a freiné certains investisseurs mais, comme il est devenu le loyer de référence, cela n’a plus lieu d’être. Nous pouvons donc espérer que cet avantage fiscal s’installe durablement et déclenche un regain d’appétence après une année 2013 transitoire. La rentabilité reste très correcte. Les taux d’intérêt sont au plus bas et nous savons que l’effet levier généré par ceux-ci est bien plus important qu’une action sur les prix. Il n’est jamais inutile de rappeler que l’immobilier est le seul produit qu’il est possible d’acheter sans disposer de beaucoup d’argent devant soi. » Si l’inquiétude concernant la location semble dépassée, l’accession à la propriété est le secteur le plus touché du fait de l’incertitude quant à l’avenir et à la baisse des prix régulièrement annoncée.

Plus de liberté

Le prix moyen de vente à Lille est d’environ 3 000 euros TTC/m 2 . Mais c’est un prix incompressible à entendre les promoteurs car il correspond à un coût de production surchargé par un empilement de réglementations. « On ne peut s’attendre à des baisses de prix significatives dans le neuf, poursuit Pascal Boulanger. Mais nous percevons une bascule dans le discours du législateur qui, petit à petit, s’assouplit et prend conscience qu’il faut aller vers une architecture plus simple et plus de liberté dans la programmation des projets. » Le marché lillois (zone B1) reste globalement peu actif avec un ratio de ventes à 1,47 pour 1 000 habitants, comparé à Marseille (2,96) ou Lyon (3,52).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une offre de logements trop grands pour les célibataires

« La servitude de taille des logements à laquelle nous sommes confrontés sur Lille complique encore les ventes mais également les mises en location par les bailleurs sociaux, explique Pascal Boulanger. Le plan local d’urbanisme (PLU) impose 20 à 25 % de grands logements (T3, T4 et T5) dans les opérations, or les enquêtes sociologiques montrent que Lille est une ville de célibataires. » L’augmentation des stocks confirme cette inadaptation de l’offre à la demande : 1 851 logements en collectifs à la fin 2013 (contre 878 en 2009) et 505 maisons individuelles groupées (contre une moyenne de 300 sur la période 2009-2012). L’écoulement qui se situait à 10 mois en moyenne est désormais à 21 mois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X