Régions

Ligne à grande vitesse Une nouvelle gare en 2020 ?

Les discours présidentiels affirmant que le projet d’une ligne ferroviaire à haute vitesse reliant Paris au Havre « ne serait pas négociable » et devrait être inscrit au Grenelle 2 de l’environnement ont quelque temps semé le trouble en Normandie. S’inspirant d’un trait de crayon de l’urbaniste Antoine Grumbach dans le cadre du Grand Paris, certains imaginaient un nouveau tracé nord et une nouvelle gare rouennaise « dans les champs de patates ». Depuis, Jean-Pierre Duport, ex-président de RFF, a été chargé du dossier qui semble revenu vers une hypothèse sud avec de lourds travaux dans le Mantois.

Immense avantage, ce tracé prend en compte la nouvelle gare rive sud sur laquelle le conseil régional et le syndicat mixte du Scot Rouen-Elbeuf planchent depuis 2003. Il s’agirait d’un équipement enterré qui prendrait place sur l’ancien site du Sernam, rive gauche, près de la Seine, à un jet de pierre du centre-ville. Il serait entouré d’un nouveau pôle économique (100 000 à 150 000 m2 de bureaux, commerces, 1 500 logements). Le dossier, déjà soumis aux acteurs économiques et associations, l’est pendant l’automne au public. Le comité de pilotage prévoit un début des travaux en 2016-2017. Le projet, estimé à un milliard d’euros (hors bâtiment voyageurs), comprend un tunnel ferroviaire de six kilomètres passant sous le fleuve.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X