Autres

Liberté de construire

Mots clés : Architecte - Architecture - Maison individuelle

> Je vous écris en tant que président de la FFACB, mais aussi en tant que cogérant d’un groupement d’artisans en Vendée, les « Artisans Réunis », abonné depuis sa création en 1970 au « Moniteur ». J’ai lu avec intérêt votre éditorial et l’interview de Christine Albanel, ministre de la Culture (« Le Moniteur » du 28 décembre 2007). Je ne comprends pas vos affirmations qui tendent à opposer les architectes aux Français. Comment et quelles sources vous ont amené à cette conclusion ? Fils et petit-fils d’entrepreneur, je puis vous assurer que, quotidiennement sur le terrain, je n’ai pas ce sentiment. Est-ce le fait que l’Ordre des architectes se plaigne d’une part de marché trop faible dans la maison individuelle qui vous conduit à écrire qu’il faut supprimer le seuil des 170 m2 ? Vous oubliez dans vos propos, que le patrimoine d’hier a été conçu par des architectes pour une part, conçu et construit par ses seuls entrepreneurs et artisans pour une autre part (…).Le petit patrimoine rural notamment, tant apprécié par les Français pour une grande part, a été conçu et construit par les artisans et entrepreneurs sans recours à un architecte. Cela grâce à la liberté de choix d’entreprendre et de construire dans notre pays.

Pourquoi voulez-vous imposer la pensée unique en soutenant que les seuls architectes diplômés pourront concevoir l’architecture française et notamment les logements individuels ? Ce sera la fin des autodidactes, la fin des artistes, la fin des artisans et la promotion du maître d’ouvrage fortuné, car les 29 000 architectes ne pourront pas satisfaire aux besoins de construire 400 000 à 500 000 logements annuellement (…).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X