Autres

Leurs conseils pour bien louer

Choix financier, force d’appoint, diversification : les raisons d’avoir recours à la location sont multiples et changent d’un chantier à l’autre. Six chefs de matériel vous donnent chacun un conseil avant que vous ne poussiez la porte d’une agence.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Henri Belledent Responsable ingénierie et maintenance chez Cemex granulats - « Louer une machine adaptée à son besoin »

« Il faut avant tout bien définir le travail à effectuer et louer une machine adaptée. Si elle est sous-dimensionnée, on court le risque de la détériorer. Si elle est surdimensionnée, elle coûtera trop cher en location et en carburant. C’est la tâche à accomplir qui détermine la taille et la puissance de la machine ! »

ENCADRE

Jacques Perron Directeur de Fayat Construction achats et investissements - « Ai-je quelqu’un qui sait utiliser cette machine ? »

« Une question que les chefs de chantier oublient de se poser c’est : ‘‘ Ai-je dans mon équipe quelqu’un qui sait utiliser cette machine ? ’’ Un très bon matériel ne sera pas efficace, et risque même de devenir dangereux, sans le bon conducteur. Sans parler des risques de bris de machine. La compétence et les préférences des gens de l’équipe sont donc deux critères à prendre en compte lors du choix d’une machine de location. »

ENCADRE

Joël Gaillard Responsable d’exploitation matériels chez Bec Frères - « Faire comme si on achetait »

« Avant d’acheter un matériel, le responsable mène une enquête technique approfondie. Pour une pelle par exemple, il étudie la force de cavage, la consommation moyenne, la taille du godet. Il faut faire de même quand on choisit de louer. Et ne pas aller chez le loueur en disant juste « je veux un compacteur VM5 » ou « je veux une pelle de 30 t », mais avec une liste beaucoup plus précise de critères techniques. »

ENCADRE

Jean-Michel Bordes Directeur adjoint du matériel Eiffage Construction - « Vérifier que le matériel est sûr »

« Avant de regarder le prix, le client doit d’abord regarder le matériel. Plus précisément tout ce qui concerne la sécurité. Les appareils de levage par exemple, comme les grues, doivent faire l’objet d’une vérification tous les six mois. Il faut exiger la preuve que cela a bien été fait. Autre exemple : les chariots télescopiques. Certains modèles coupent les mouvements aggravants à l’approche du point de déséquilibre. Il sont à privilégier. »

ENCADRE

Paul Masson Responsable matériels et achats chez CMS, Arene et Delair CFD (groupe Vinci) - « Privilégier la proximité »

« Avant de se précipiter pour louer un matériel, le chef de chantier doit d’abord vérifier que cette référence n’est pas disponible en interne. Un coup de téléphone au gestionnaire du parc permet souvent de trouver la machine soit au dépôt, soit dans une filiale du groupe. S’il faut louer, mieux vaut privilégier la proximité. En effet le coût du transport pèse souvent lourd dans la facture et peut, à lui seul, faire perdre l’intérêt d’une location de courte durée. »

ENCADRE

Didier Thévenard Directeur matériel d’Eurovia - « Un matériel conforme aux exigences internes »

« Dans un groupe comme Eurovia le service matériel dresse pour chaque machine un cahier des charges qui va au-delà du simple respect de la réglementation. Nous achetons systématiquement certaines options qui concourent au confort ou à la sécurité. Quand il va louer une machine, le chef de chantier doit s’assurer que l’engin qu’il recevra possède bien toutes les caractéristiques qu’exige son service matériel. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X