Régions Orléans

Les vinaigreries Dessaux accueilleront public et créateurs

La Ville d’Orléans vient de retenir l’agence lilloise Nathalie T’Kint, spécialisée dans l’architecture patrimoniale, pour réhabiliter les vinaigreries Dessaux, dont les locaux sont inoccupés depuis plus de trente ans. Objectif : installer dans ce bâtiment de brique, datant du début du XXe siècle, une « fabrique d’arts plastiques et visuels », à la fois lieu de création et d’accueil du public.

Une dizaine d’ateliers individuels et deux grands ateliers collectifs vont être créés sur une surface de quelque 2 000 m2, à l’intérieur de cette friche qui fut autrefois la plus importante vinaigrerie de la ville, avant d’être rachetée par Amora puis fermée. L’architecte a pris le parti de respecter le bâtiment existant et de privilégier le verre et la transparence pour les extensions. Il veut créer des espaces de convivialité pour favoriser les interactions, en résonance avec d’autres lieux culturels situés à proximité, comme le Centre chorégraphique national ou l’Ecole supérieure d’art et de design.

Vue sur la cathédrale et le centre ancien. L’entrée se fera par un parvis dessiné sur l’actuel parking situé à l’arrière du bâtiment principal, au niveau d’anciennes cuves à vinaigre qui seront restaurées. Le projet, qui s’étendra sur trois niveaux, reprend des éléments patrimoniaux comme le mur d’enceinte gallo-romain auquel s’adossent les vinaigreries, qui séparera l’espace réservé aux artistes en résidence du public. Il comprend également une halle avec une charpente métallique Eiffel et quelques maisons anciennes. Pour limiter les déperditions d’énergie, seules les zones de travail seront isolées et chauffées. Les zones de circulation seront, elles, placées en hors gel, ce qui évitera d’avoir à modifier une bonne partie des murs, indique la municipalité. Au dernier étage, une extension en toiture sera créée, avec vue imprenable sur la cathédrale et le centre ancien.

Le concours, lancé au printemps dernier, avait suscité 141 réponses. Outre celui de l’agence T’Kint, quatre autres dossiers avaient été retenus avant le choix final du lauréat en novembre dernier. Les travaux de curetage et de mise en sécurité du site ont été bouclés fin 2017. Le chantier proprement dit devrait débuter à l’été 2018 et s’achever à l’automne 2019, pour un montant global de 6 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X