Régions LANGUEDOC-ROUSSILLON

Les TP face à un investissement public en panne

Mots clés : Travaux publics

«L’heure est grave pour notre profession. » C’est ainsi qu’Olivier Giorgiucci, président de la FRTP LR, a ouvert l’assemblée générale de son organisation, le 12 novembre. Trois chiffres résument l’inquiétude du secteur. En sept ans, celui-ci a perdu 23 % de son chiffre d’affaires et 9 % de ses effectifs. Pour 2014, la baisse de la commande publique est estimée à 18 %. « Nous assistons au sacrifice de l’investissement », déplore Olivier Giorgiucci. Les élus présents ne l’ont pas vraiment contredit. Philippe Saurel, président de Montpellier Agglomération, s’est dit « incapable de financer la ligne 5 du tramway sans augmenter les impôts ». Quant à Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole, il remplacera le tramway qui devait desservir l’axe est-ouest par un bus à haut niveau de service, moins coûteux. Il compte toutefois dégager 20 millions d’euros pour soutenir l’investissement. Le préfet de région Pierre de Bousquet s’est, pour sa part, félicité de l’accord conclu avec la région sur la maquette du futur contrat de plan Etat-région. Le volet mobilité atteindra « au moins 130 millions d’euros, dont plus de 50 % pour les travaux routiers », a-t-il promis.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X