Régions Normandie

Les salles de spectacle font peau neuve

Mots clés : Concours d'architecture - Education - ERP sans hébergement - Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

9Sur les 33 prix remportés par la France à Europan, 9 sont des projets situés en Normandie (3) ou Hauts-de-France (6).

+ 200 % Hausse des projets de bâtiments passifs sur le territoire des Hauts-de-France depuis 2014.Source : CD2E.

845 M€ Programme d’investissements de la région Hauts-de-France pour ses lycées jusqu’en 2021 (prévision).

Les missions des théâtres évoluent, l’organisation de leurs bâtiments plus difficilement. En Normandie, plusieurs salles de spectacle sont en cours de rénovation ou le seront sous peu. « Il y a eu un large appel d’air dans les années 1980 dans le paysage culturel. Après trente ou trente-cinq ans, les bâtiments arrivent en fin de cycle de vie », constate Bruno Régnier, conseiller en aménagement de salles pour l’Office de diffusion et d’information artistique (Odia) Normandie, l’agence régionale de spectacle vivant. Pour les grandes salles, spécifiquement dédiées au spectacle vivant, c’est une interrogation récurrente : comment s’adapter aux nouvelles missions confiées ? « Ces lieux d’accueil et de diffusion sont devenus aussi des lieux de création qui nécessitent de l’espace. Des volumes supplémentaires sont aussi nécessaires pour le stockage », détaille le spécialiste.

Rénovations et extensions. Celui qui assure le rôle d’assistant à la maîtrise d’ouvrage et accompagne aussi à la maîtrise d’usage sur ces dossiers évoque la nécessité d’une double mise à niveau des salles vieillissantes, via des rénovations mais aussi des extensions. Dans l’Eure, le théâtre municipal Edith-Piaf de Bernay est ainsi actuellement rénové dans ses murs (architecte et scénographe Yvan Peytavin) et, à l’extérieur, une extension permettra de doubler les surfaces existantes pour accueillir public et éléments techniques.

Aux besoins induits par les nouveaux usages s’ajoute en effet la mise à jour technique pour les spectacles. « Il n’y avait pas de numérique dans les années 1980, ça change la donne. Par exemple, la mise à niveau du théâtre de la Foudre du Petit-Quevilly permettra aux réseaux d’être omniprésents. Il y a aussi les cages de scène vieillissantes, la machinerie… », souligne Bruno Régnier. Dans le paysage culturel normand, les travaux concernent notamment deux des trois centres dramatiques nationaux (CDN), des institutions dont le rayonnement dépasse les frontières régionales, et il en est aussi question, bientôt, pour le Centre chorégraphique national de Caen en Normandie.

Leur point commun ? Le besoin d’espace pour écrire, répéter, construire des décors, concevoir la lumière, les costumes, etc. , avec des équipes artistiques et techniques qui séjournent dans les lieux pendant plusieurs semaines. Le CDN de Normandie-Rouen disposera ainsi d’un troisième lieu de spectacle pour sa saison 2018-2019 à Mont-Saint-Aignan, au sein du centre culturel Marc-Sangnier, en cours de réhabilitation (architecte Karine Millet et scénographe Yvan Peytavin). Trois salles seront à sa dis-position : une première avec un plateau de 16 x 16 m et une jauge de 450 places, une autre intermédiaire modulable avec des gradins, et une troisième, plus polyvalente, à partager avec les autres structures, pour les répétitions. Le théâtre de la Foudre sera, lui, rénové pendant la saison 2018-2019 : extérieur, hall, bureaux, espaces pour le public et les artistes. Quant au théâtre des 2 Rives, toujours pour le CDN de Normandie-Rouen, des travaux d’aménagement devraient venir améliorer l’accueil et les accès.

Les dossiers de rénovation de lieux de spectacle se comptent par dizaines.

Gradins modulables. De son côté, la Comédie de Caen-CDN de Normandie rénovera à partir de mars 2018 l’un de ses deux lieux de représentation : le théâtre des Cordes sera réhabilité selon les plans de l’architecte Maria Godlewska et du scénographe Thierry Guignard pour un budget de 5,24 millions d’euros TTC. La façade sera avancée pour agrandir l’accueil et favoriser l’accessibilité. Le bâtiment y gagnera aussi une salle de répétition et du matériel scénique renouvelé. Si la jauge est conservée, l’installation de gradins modulables autorisera différentes configurations.

Dans les bureaux de l’Odia Normandie, quelques dizaines de dossiers de rénovation de ce type sont en cours dans les cinq départements normands, et d’autres projets devraient s’y ajouter prochainement.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Grandir par le haut avec la même façade

La Halle aux Grains, le théâtre municipal de Bayeux (Calvados), a démarré sa rénovation profonde en octobre, sous la houlette de l’Atelier Peytavin. Seule la façade, protégée car faisant partie du site patrimonial remarquable de la ville, demeurera intacte.

« Il ne restera pas grand-chose de l’ancienne salle, explique Adeline Flambard, responsable de l’action culturelle à la mairie. La Halle aux Grains reste en centre-ville, il est donc compliqué d’y ajouter une extension, l’agrandissement se fait sur la hauteur. » Le toit sera rehaussé pour passer d’une hauteur de scène de 4,5 à 7,5 m.

La jauge, elle, passera de 320 à 400 places. L’accueil du public et des artistes sera amélioré et les installations techniques totalement rénovées. Le projet, évalué 3,5 millions d’euros, est notamment financé à 40 % par la Ville et à 30 % par la région. La réouverture est prévue pour mai 2019. Deux saisons de spectacles sont donc à programmer hors les murs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X