Enjeux

Les promoteurs montent en puissance sur le digital

Mots clés : Lieux de travail

Des start-up proposent de numériser les avant-contrats et, plus globalement, la relation client. Ubérisées, les forces de vente doivent se recentrer sur le conseil…

L’année 2018 sera celle de la digitalisation des contrats de réservation ou ne sera pas. Car tous les promoteurs ou presque y réfléchissent. Sentant venir le vent, des start-up se sont lancées sur le créneau, à l’exemple de Captain Contrat, MyNotary, LegaLife… Toutes ces pépites affichent une promesse : réduire les délais entre la signature de l’avant-contrat et celle de l’acte de vente chez le notaire. « En général, il faut compter entre deux et trois mois. Il s’agit de faire passer ce délai sous la barre des soixante jours », ambitionne Thomas Rivoire, cofondateur de LegaLife, qui travaille déjà avec une quinzaine de promoteurs et négocie avec une cinquantaine d’autres.

Les start-up proposent des plates-formes web ouvertes aux promoteurs, notaires et établissements bancaires. Le prix d’accès varie en fonction des programmes et du nombre de lots à commercialiser. « Cela représente quelques milliers d’euros à la charge du promoteur », glisse Thomas Rivoire. Objectif : rendre la communication entre les différents...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5972 du 20/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X