Technique et Construction durable Prégyroc Air

Les promesses de plaques de plâtre dépolluantes

Mots clés : Produits et matériaux

Nombreux sont les fabricants à concevoir des matériaux capables de capter les polluants de l’air intérieur (lire p. 69) . Parmi eux, Siniat propose, avec sa plaque de plâtre Prégyroc Air, une solution qui absorbe, fixe et neutralise jusqu’à 80 % des formaldéhydes présents dans l’air ambiant. L’industriel reste discret sur le procédé. Tout juste sait-on qu’un additif est introduit et qu’il s’agit d’une réaction physico-chimique. La marque préfère mettre en avant les études menées pour confirmer l’efficacité du procédé.

Eté comme hiver. Deux études ont ainsi été confiées, en 2013 et 2015, à Fabien Squinazi, ancien directeur du laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris. Elles ont été réalisées dans des cellules d’essai à l’échelle 1 et sur de longues durées (29 semaines pour la première), afin d’obtenir des conditions proches des conditions réelles d’utilisation. Les essais ont par ailleurs été menés en hiver et en été, avec des températures jusqu’à 35 °C. Ils ont montré que les plaques de plâtre gardaient le même rendement de captation (entre 70 et 80 %) quand les concentrations de formaldéhyde augmentaient dans l’air, notamment sous l’effet de la chaleur ambiante. Une troisième étude, menée fin 2016 pendant deux mois par le laboratoire français Wessling dans des cellules plus petites, a étudié l’incidence des finitions. Avec une peinture fermée, l’efficacité de la captation chute à 30-40 %, contre 80 % avec une peinture plus poreuse. Toutes peintures confondues, le formaldéhyde capté par la plaque est détruit dans plus de 95 % des cas, soit un relargage de formaldéhyde dans l’air inférieur à 5 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X