Régions

Les nouvelles tours s’ancrent dans la ville

Mots clés : Immeuble de grande hauteur - Sécurite des ouvrages - Urbanisme - aménagement urbain

Après une pause, les chantiers d’immeubles de grande hauteur redémarrent dans le quartier d’affaires. Des tours aux socles animés, accessibles à tous…

Au cours des six prochaines années, huit nouvelles tours verront le jour à La Défense. Trinity ouvrira la séquence à la fin 2018-début 2019, marquant la fin d’une pause de quatre ans dans les livraisons. Cette nouvelle génération d’immeubles de grande hauteur (IGH) se caractérise par une recherche d’intégration à l’environnement beaucoup plus poussée qu’auparavant. Cette orientation, déjà amorcée avec les tours Carpe Diem et D2, correspond à la volonté de l’Epadesa de créer des mixités d’activités, facteurs d’animation de la dalle de La Défense. Cette approche passe notamment par une activation des socles avec l’implantation de commerces et de services accessibles à tous, mais aussi par des réaménagements des espaces publics et des créations de nouvelles liaisons avec le territoire.

Reconquête des espaces publics. C’est ainsi que la tour Saint-Gobain (ou M2) abritera un showroom ouvert, destiné à valoriser les savoir-faire du groupe mais aussi, côté boulevard circulaire, un grand commerce en rez-de-chaussée, semblable à ceux des tours Carpe Diem et D2. Côté espace public, la construction de l’IGH s’accompagnera du réaménagement de la place de l’Iris et de la création de circulations verticales pour relier la dalle au boulevard. A l’occasion de l’édification de la tour Alto, l’Epadesa réorganisera les accès au quartier des Saisons, créera un nouvel espace public et établira de nouvelles liaisons. « L’attractivité de La Défense permet de valoriser des fonciers dont l’exploitation est très coûteuse, chose rarement possible ailleurs », souligne Olivier Schoentjes, directeur de l’aménagement urbain secteur Est à l’Epadesa. C’est le cas des trémies routières au-dessus desquelles, sans interrompre la circulation, il devient intéressant de construire des immeubles comme la tour Trinity.

Entre le Cnit (Centre des nouvelles industries et technologies) et la Grande Arche, les tours Sisters, reliées par une passerelle panoramique à 80 m de hauteur, remplaceront le projet Phare. Elles accueilleront des bureaux et de l’hôtellerie. Jouant aussi la dualité, Hermitage Plaza, projet en cours d’études, déclinera, sur ses 323 m de hauteur, des bureaux, de l’habitat, de l’hôtellerie, une salle de concerts, etc. A vocation tertiaire, Air2, qui fait toujours l’objet d’un recours, sera édifiée à la place de la tour Aurore. Au sud, la tour Hekla, pour laquelle il reste une année d’études, dominera la Rose de Cherbourg, un échangeur routier bientôt reconverti en promenade suspendue. A l’ouest, le projet de tour des Jardins de l’Arche, très largement dédiée à l’hôtellerie, fait l’objet d’une consultation lancée par l’Epade-sa. Pourrait aussi s’ajouter à cette liste, le futur siège social de Vinci, à l’entrée des Groues à Nanterre, composé de plusieurs bâtiments dont une tour haute de 100 m, posée sur le toit de la gare Eole.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X