Réalisation

Les minipelles gagnent en polyvalence et en fiabilité

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Le marché des minipelles poursuit sa croissance régulière. Les machines ne cessent de gagner en fiabilité et de réduire leur impact sur l’environnement. En 2016, le marché a connu une restructuration majeure, sans mettre fin au foisonnement de l’offre disponible en France.

La cession des sites de production européens de l’américain Terex, en 2016, a réorganisé le marché des minipelles : le savoyard Mecalac a repris l’activité chargeuses, rouleaux et motobasculeurs produits au Royaume-Uni ; le japonais Yanmar a racheté l’usine et la plate-forme logistique allemandes dédiées aux minipelles commercialisées sous la marque Schaeff, très appréciée outre-Rhin et présente en France avec un réseau de plus de trente concessionnaires, y compris en Corse.

Plusieurs industriels produisent des minipelles en France : Mecalac à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), Yanmar près de Saint-Dizier (Haute-Marne) – notamment la SV26, première Yanmar entièrement conçue par la filiale française -, Jmeka dans le Bas-Rhin et Cochet dans la Sarthe. La production européenne comprend également Eurocomach en Italie. Bob-cat, Caterpillar, JCB, Kubota, Takeuchi, Wacker Neuson enrichissent l’offre hexagonale dans un marché en forte hausse : + 20 % de ventes en 2017, avec 13 000 machines de 800 kg à 12 t. Près des deux tiers des achats proviennent des sociétés de location : les deux leaders nationaux, Loxam et Kiloutou, mais aussi les loueurs régionaux. La catégorie 2,5 t draine la plus grosse part des ventes, grâce à la compatibilité avec le...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 406 du 09/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X