Régions Vichy

Les docks de Blois se muent en nouveau quartier

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gares, aéroports - Logement social - Marché de l'immobilier - Urbanisme - aménagement urbain

6 000 Nombre de logements sociaux étudiants programmés dans la métropole de Lyon entre 2014 et 2020.

200 000 Projection du nombre de voyageurs quotidiens dans la gare de Lyon-Part-Dieu en 2030 (125 000 actuellement).

130 kg Poids du papier nécessaire à l’impression du projet de PLU-H de la métropole de Lyon.

Dédiés par le passé à une activité de stockage et de logistique, les docks de Blois sont à l’abandon depuis le début des années 1980. Située à deux pas de la gare, en contrebas de la voie ferrée, cette dernière friche industrielle du centre-ville de Vichy (Allier) de près de 1,5 hectare se muera bientôt en un nouveau quartier, étudié pour répondre tout à la fois aux enjeux urbains, éducatifs et sociaux. Ce programme mixte chiffré à plus de 15 millions d’euros est porté par le promoteur-constructeur auvergnat CDR, via la SAS Docks de Blois (maître d’ouvrage). Précisons que CDR est un groupe né de la fusion à la fin 2015 de deux PME historiques de l’Allier, Chaumette-Dupleix et Réolon.

Des anciens docks, il ne restera quasiment plus rien. Depuis le début de l’année, l’existant a été presque entièrement démoli. Seule une partie des anciennes arches en béton sera conservée pour couvrir des places de stationnement. « Le site était bâti à près de 80 %. Nous n’en conservons que 10 %, sur la partie centrale dédiée aux logements », précise Christophe Chevrier, directeur de CDR, qui souligne l’effort et la volonté de la municipalité pour instruire rapidement les permis.

Le bâtiment de l’IFMK au cœur du projet. Le projet de CDR, imaginé dans sa globalité par l’agence d’architecture clermon-toise CHM, se décline en plusieurs îlots d’aménagements neufs. Au cœur du projet, la construction de l’Institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK), qui cherchait à déménager et à s’agrandir. Cet ouvrage de 2 850 m2 sera divisé en deux corps de bâtiment reliés par un hall. Il sera accessible depuis un large parvis et se développera sur quatre niveaux. Une bibliothèque se dressera en figure de proue au-dessus de l’entrée.

Au total, l’école accueillera 400 étudiants et 43 membres du personnel. Pour mener à bien le chantier, CDR s’est entouré des bureaux d’études ITC (structure, Clermont-Ferrand), Laclautre (fluides, Montluçon) et Ecib (économie, Clermont-Ferrand). Un autre bâtiment, regroupant des instituts de formations paramédicales, devrait à terme voir le jour à proximité.

Autre acteur impliqué dans la reconversion des docks de Blois : la Société d’économie mixte immobilière de Vichy (Semiv).

Celle-ci construira une résidence intergénérationnelle qui comptera 47 logements pour jeunes actifs et 35 logements destinés aux seniors. Le bâtiment, qui intégrera un ascenseur, s’organisera sur quatre niveaux. Il s’appuiera sur une structure existante en front de rue. Des balcons traités sous forme de boîtes colorées posées en applique viendront habiller et animer l’ensemble de la façade. A l’arrière, s’installera un parking aérien. Les bureaux d’études Chevrier (structure, Moulins), Euclid (fluides, Romagnat) et Marinier (économie, Moulins-Yzeure) concourent au bon déroulement de ce chantier.

Le site des anciens docks de Blois comprendra également une surface commerciale portée par le groupe Les Mousquetaires (Intermarché… ). Déjà bien entamés, l’ensemble des travaux devraient s’achever durant l’été 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X