Régions Mulhouse

Les deux visages de la rénovation urbaine

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Le programme de rénovation urbaine (PRU) de Mulhouse s’achève, en cette fin d’année, avec l’engagement des derniers travaux sur la plaine sportive de Bourtzwiller. Lancé en 2006, le PRU aura permis de changer en profondeur plusieurs quartiers populaires de la ville. Pas moins de 336 millions d’euros ont été engagés par les maîtres d’ouvrage, l’essentiel étant porté par l’Anru (80 millions d’euros) et par la Ville de Mulhouse (35 millions d’euros).

Le centre et la périphérie

Sur les six quartiers concernés, deux typologies émergent. Dans les quartiers anciens à proximité du centre-ville (Briand, Franklin et Vauban-Neppert), les opérations se sont concentrées sur le réaménagement des espaces et des équipements publics, et sur l’amélioration de l’habitat. Près de 1 500 logements privés y ont été rénovés, notamment avec le soutien de la société d’économie mixte locale, la Serm. Dans la sphère du logement social, la transformation de la caserne Lefebvre en un collectif de 108 logements BBC (TOA Architectes et Ingerop pour Batigère) fait figure de projet exemplaire au plan thermique et paysager. Le parc attenant s’intègre dans un réseau de jardins dessiné par Nicolas Michelin à l’échelle du quartier Vauban-Neppert : faute d’avancée sur certaines opérations de promotion immobilière, ce dispositif de coulée verte doit encore être complété. « Dans ces quartiers anciens, la rénovation urbaine s’apparente à de la dentelle », remarque Christine Tiret, directrice du renouvellement urbain de la Ville de Mulhouse.
L’aménagement des quartiers de périphérie a pris des formes plus conventionnelles : destruction de logements, dont l’emblématique cité des « 420 », et production de logements sociaux (1 320 à l’échelle de la ville). Le tramway a désenclavé les quartiers de Bourtzwiller et des Coteaux. Son tracé a même été modifié pour desservir l’écoquartier Wagner (168 logements), conçu par le cabinet Ott & Collin en 1999.
Mulhouse devrait être l’une des villes les plus soutenues par le nouveau PRU 2014-2020. Les quartiers anciens devraient à nouveau y figurer, de même que la partie sud des Coteaux et un prolongement de l’écoquartier Wagner. La mairie souhaite, elle, travailler sur le quartier Drouot. « Notre priorité sera de favoriser la participation des habitants pour asseoir la légitimité du projet urbain », indique Catherine Rapp, adjointe à l’urbanisme.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X