Autres

Les concepts de drive conquièrent leur place dans les négoces

Mots clés : Distribution - Transport fluvial

De plus en plus d’établissements adoptent ce mode de distribution pour offrir de nouveaux services à l’achat. Le drive, un outil de conquête et de fidélisation de la clientèle, s’intègre dans les différents dispositifs cross-canal.

Analyse

Mardi, 12 heures. José gare sa camionnette devant l’entrée du DBS Drive, à Créteil (94). Il entre dans l’agence, un vendeur va chercher sa commande : des raccords cuivre et laiton à souder et à sertir, quelques flexibles et tubes. Il y a une heure, de son chantier, il a passé commande sur son mobile. Il apprécie la rapidité du service : « On commande, on arrive et c’est prêt. Ici, ils assurent même préparer une commande en douze minutes maximum. » Comme l’atteste la solution du Comptoir général de robinetterie (CGR), le drive n’est plus l’apanage des seules enseignes alimentaires.

Les exemples sont nombreux. Ainsi, Lapeyre, enseigne de Saint-Gobain Distribution Bâtiment, va inaugurer 120 drives d’ici à fin 2015. En janvier, elle en a ouvert 30, en Ile-de-France (Arcueil, Herblay, Meaux, Nanterre…) et dans plusieurs grandes métropoles régionales (Lille, Grenoble, Montpellier, Lyon, Toulouse, Rouen…). De même chez Udirev : depuis le rachat du site avenuedusol.com en janvier 2014, le groupement de distributeurs de revêtements de sol a développé un dispositif baptisé « floor-drive » dans ses 77 agences...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 403 du 18/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X