Régions Indre-et-Loire

Les composites à l’assaut du bâtiment

Sélectionnée en 2016 dans le cadre du programme d’investissement d’avenir « Initiative PME : performance énergétique dans le bâtiment et l’industrie », la PME Solutions Composites vient de lancer la construction d’un démonstrateur sur son site de Mettray, au nord de Tours (Indre-et-Loire). Baptisé CompoHouse, ce bâtiment conçu par Chevalier + Guillemot Architectes intègre une partie habitation de 130 m2 et des bureaux de 120 m2 sur deux étages.

Ce démonstrateur vise à prouver l’efficacité du système constructif Wall E+. Il s’agit d’un panneau emboîtable en fibre de verre et résine pouvant servir de mur porteur pour les maisons individuelles, mais aussi de mur manteau autoporteur filant sur une ou deux hauteurs d’étage pour les immeubles collectifs. Parfaitement étanche, il peut recevoir tout type d’isolant (dans ce projet : fibre de bois et laine de mouton).

Brevets et certifications. Ces caissons sont livrés sur chantier pré assemblés en parois complètes. En façade, ils peuvent intégrer tout type de bardage, aussi bien des végétaux que des équipements techniques actifs ou non. « Dans notre démonstrateur, nous allons notamment insérer des brise-soleil photovoltaïques, un capteur d’air pariéto-dynamique de type mur Trombe et une cheminée solaire qui utilisera la colonne thermique pour rafraîchir l’air intérieur », explique Laurent Destouches, PDG de Solutions Composites. L’entreprise a également déposé un brevet sur l’isolation thermique par l’extérieur et travaille sur les planchers, les rupteurs thermiques et les systèmes de balcons.

La PME vient de terminer une démarche ID+ auprès du CSTB, phase préalable aux certifications. « En même temps que le chantier, nous avons lancé une demande d’appréciation technique d’expérimentation (Atex) », révèle le dirigeant, qui présentera Wall E+ en novembre au salon Batimat. Encore cher mais cumulant de nombreux avantages techniques, ce système constructif pourrait trouver des débouchés sur des marchés de niche, tout particulièrement en surélévation dans les zones contraintes. Ce type de mur est en effet de loin le plus léger du marché avec ses 40 kg par mètre carré, isolant compris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X