Architecture Déconstruction

Les bâtiments ne veulent plus finir à la benne

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Constructions évolutives, structures démontables, réemploi des matériaux… Les concepteurs jouent sur tous les tableaux.

Les visiteurs du dernier salon Batimat ont peut-être remarqué, parmi les lauréats du concours de l’innovation, les maquettes du projet Démodulor : quatre systèmes constructifs démontables conçus pour faciliter, en fin de vie du bâtiment, la séparation des composants en vue du recyclage ou de la réutilisation. Associant plusieurs matériaux, ils n’utilisent que des assemblages réversibles : un mur en brique précontraint ; un plancher sec associant bac nervuré acier, panneaux bois et plaques béton ; une façade à ossature bois avec assemblage par feuillard en acier ; et un plancher mixte acier et béton.

Démodulor est l’une des initiatives les plus visibles dans le mouvement général opéré par le secteur du bâtiment vers l’économie circulaire. Il est porté par quatre centres techniques (CTICM, FCBA, Cerib et CTMNC) au sein de l’Alliance MECD, qui agit pour une construction durable. « En intégrant l’enjeu du démontage dès la conception, nous réduisons sensiblement les déchets lors de la déconstruction, souligne Thierry Braine-Bonnaire, directeur de l’institut MECD. Ce n’est jamais qu’un retour au bon sens des anciens, qui ne jetaient rien : quand la Bastille a été démolie en 1789, chaque pierre a été réutilisée ! »

Analyse du cycle de vie. L’enjeu est tout sauf anecdotique pour une filière qui a généré 42 millions de tonnes de déchets en 2016, dont seulement 8 % ont été recyclés selon l’Ademe. Longtemps cantonnée à la performance énergétique, la réflexion sur l’impact environnemental des constructions s’est prolongée ces dernières années par l’analyse du cycle de vie (ACV). Il quantifie l’empreinte carbone du bâtiment, de la production de ses éléments à sa démolition en passant par le transport ou la mise en œuvre. Alors que cette démarche était jusqu’à l’an dernier cantonnée à des projets pilotes ou à des maîtres d’ouvrage volontaires, l’expérimentation E + C-,...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5965 du 02/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X