Ca fait debat

Les artisans doivent concilier trésorerie tendue et besoin de stocks

Mots clés : Artisanat - Distribution - Entreprise du BTP - Gestion de l'entreprise

Entre pénurie et réorganisation des négoces, les entreprises du BTP, craignent d’être confrontées à une réduction des stocks disponibles.

Y a-t-il encore un avenir pour le stock ? À l’heure où les carnets de commandes s’étoffent, la tentation est grande d’anticiper les achats. Mais les artisans n’ont pas la trésorerie.

« Pour les entreprises, la problématique du stock est clairement financière, et le réseau de coopératives peut apporter son aide, notamment sur des chantiers importants, via des stocks consignés », observe Éric Vialatoux, président de la Fédération pour l’organisation et le regroupement des coopératives d’achats des artisans du bâtiment (Forcab), qui compte 7 300 entreprises adhérentes. Cependant, cette démarche n’est pas l’apanage des coopératives d’achat. « Nous nous en sortons grâce à un petit négoce indépendant auprès duquel nous réalisons les deux tiers de nos commandes et qui accepte de constituer des stocks avancés chez lui », souligne Olivier Maubert, qui dirige une entreprise héraultaise spécialisée dans la restauration du patrimoine.

En quelques années, le paysage du stock s’est modifié dans la distribution. Certes, l’une des caractéristiques des indépendants reste la capacité à stocker, en commandant auprès des fournisseurs des références parfois boudées par les groupes nationaux.

Une course contre le temps

Gérant de Somedec Matériaux, dans le secteur de Rouen (Seine-Maritime), Baptiste Borniambuc revendique même...

Vous lisez un article de la revue MEI n° 5966 du 09/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X