Régions Lot-et-Garonne

Les Agenais refusent le double franchissement de la Garonne

Suite à la présentation, le 6 juin dernier à Agen (Lot-et-Garonne) par Réseau ferré de France (RFF), des deux tracés de la future ligne à grande vitesse qui traversera l’agglomération, les élus agenais disent non au double franchissement de la Garonne.
Cette option, qui consiste à passer au nord de la Garonne, implique en effet de réaliser deux ouvrages d’art, dont l’un sera situé à 200 mètres du village de Boé. Alors que la communauté d’agglomération d’Agen s’engage dans un programme de réalisation d’un parc naturel urbain fluvial sur les bords de la Garonne, l’option est inacceptable pour la collectivité.
La communauté d’agglomération d’Agen a une préférence pour le deuxième tracé : une traversée de son territoire au sud de la Garonne. Longeant l’autoroute A62, ce tracé reste dans le « couloir de nuisance ».
Pour RFF, cette option, qui implique de construire un tunnel de 2 kilomètres, est réaliste techniquement, mais elle coûte 121 millions d’euros de plus que l’option du double franchissement de la Garonne évaluée à 526 millions d’euros.
C. W.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X