Actualité Sécurité

Les accidents du travail en question sur le chantier de l’EPR

Y a-t-il eu sous-déclaration des accidents du travail sur le chantier du réacteur EPR à Flamanville (notre photo) ? C’est en tout cas ce qu’affirme un procès-verbal émanant de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) daté du 6 juin, qui dénonce une « démarche intentionnelle » de non-déclaration d’accidents. L’ASN met en cause une vingtaine de sociétés notamment Bouygues Construction, qui pilote le génie civil (voir page 58 de ce numéro). L’entreprise n’a pas tardé à réagir, affirmant que « les éventuelles absences de déclaration […] ne peuvent être que la conséquence d’initiatives malencontreuses du personnel de l’infirmerie. […] Il n’a jamais existé la moindre volonté, tolérance ou instruction, qui aurait eu pour objet ou pour effet de ne pas déclarer un accident du travail, même bénin. » Saisi, le parquet de Cherbourg a ouvert une enquête préliminaire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X