Régions

LES 5 ACTEURS INCONTOURNABLES

Mots clés : Collectivités locales - Concours d'architecture - Transport maritime

PHILIPPE DEISS directeur général du port de Rouen

Un Bordelais chez les Normands

Périgourdin né à Bordeaux, Philippe Deiss (45 ans), président du directoire du GPMR (Grand port maritime de Rouen) depuis un an, est un diplômé de l’ENTPE (Lyon). Il débute sa carrière à l’équipement par un premier poste à Rouen avant de briller au concours d’ingénieur en chef des ponts et chaussées. Il a commencé sa carrière portuaire en 2000 comme directeur adjoint à. Bordeaux. « On compare souvent les deux villes. Mais à Rouen les projets foisonnent davantage, avec une communauté portuaire très impliquée », estime-t-il. Ce passionné d’opéra (Wagner), de musique baroque et de littérature au sens large, se définit comme un « optimiste par nature et par fonction » et comme un « homme de dialogue ».

THIERRY VERRIER directeur de Rouen Seine Aménagement L’efficacité de l’expérience

Il est arrivé au plus mauvais moment. Recruté par la municipalité précédente, quelques jours avant qu’elle ne bascule, il a hérité d’une situation financière de la SEM rapidement grevée par la crise économique et le gel des projets privés. Pourtant, ce sportif (marathon, natation, ski) fait aujourd’hui l’unanimité de ses interlocuteurs. A 58 ans, Thierry Verrier, discret et efficace, possède un background sérieux d’ingénieur, d’urbaniste et d’aménageur, consolidé longtemps à la Scet.

DOMINIQUE SUTRA président de Sogeti Ingénierie SAS L’implication locale

Diplômé de l’Insa de Lyon, il arrive à Rouen en 1980 chez Veritas. Puis intègre Sogeti Ingénierie en 1996 et devient président du conseil de direction l’an dernier en même temps que de la CICF de Normandie. Affable, très impliqué dans la vie associative (cellule économique régionale, CAUE 76, Rotary, etc.), ce passionné « du travail, de golf, de tennis et d’introspection » est l’un des artisans de la diversification et du développement d’un BET familial (180 collaborateurs, 10 agences).

ALAIN ELIE architecte

L’homme aux7 000 logements

On ne réalise pas près de 7 000 logements dans une ville en trente ans sans susciter de jalousie. A la tête d’un cabinet de 17 personnes à Mont-Saint-Aignan, Alain Elie (62 ans) l’accepte. « Pour le logement, c’est le meilleur », commente l’un de ses fidèles prescripteurs. « Par choix, je n’ai jamais fait de concours ni travaillé pour le public », souligne l’architecte, passionné d’automobile et d’art contemporain. Après avoir travaillé sur Paris, il se concentre désormais sur la Haute-Normandie. Ses donneurs d’ordre principaux : la Matmut et Bouygues Immobilier. A ceux qui lui reprochent de ne faire que « du Alain Elie », il répond « que les investisseurs attendent de la rentabilité et le respect des engagements financiers ».

PATRICK BARTOLUCCI directeur des travaux et services techniques du CHULe goût de la technique

A 49 ans, Patrick Bartolucci a déjà vécu plusieurs vies. Et n’a pas renoncé à changer de direction pourvu que le challenge soit technique. Normand d’origine italienne, il a d’abord été officier mécanicien de la marine marchande. Puis responsable technique dans l’industrie avant d’atterrir au CHU de Rouen en 1993. La mission de ce thermicien : construire une cogénération. Depuis, il est devenu ingénieur général, manage 170 personnes et enseigne même à l’ESTP !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X