Edito

Le temps d’un rêve

Je rêve d’une France qui n’a pas peur de la réforme des territoires.
Je rêve de collectivités locales qui investissent.
Je rêve de régions qui n’engraissent plus le « mammouth ».
Je rêve de territoires où la fiscalité me fait croire en l’avenir.
Je rêve de régions qui, demain, soigneront leurs routes au lieu de se payer un siège cinq étoiles.
Je rêve d’une administration locale qui aide les particuliers à la rénovation thermique. Mais vraiment.
Je rêve de collectivités territoriales qui défendent leurs projets sans reculer devant les lobbies.
Je rêve d’un territoire où le bon sens est près de chez moi.
Je rêve, simplement, d’une France où la simplification simplifie en toute simplicité la vie des simples entreprises.
Je rêve de collectivités dont l’annuaire est à jour.
Je rêve de métropoles qui ne mettent pas tous leurs marchés publics dans le même panier.
Je rêve d’une France dont le découpage régional dépasse le folklore.
Je rêve de régions qui m’aident à comprendre l’Europe.
Je rêve de territoires qui ne s’occupent pas que de leur capitale.
Je rêve de métropoles où les élus voient plus loin que le bout de leur mandat.
Je rêve de communes dont les premiers magistrats sont aussi chefs d’entreprise en activité.
Je rêve d’une France réformée et confiante qui fait du BTP le fer de lance de la relance.
Je rêve. Et vous ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X