[TO] Commande publique

Le sous-traitant n’avait pas de contrat d’entreprise

Arrêt N° 255993 du 26 septembre 2007 Conseil d’ÉtatDépartement du Gard et société d’aménagement et d’équipement du département du Gard

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 11 avril et 11 août 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentés pour le département du Gard, dont le siège est 1, rue Guillemette, Hôtel du Département à Nîmes (30044), et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard, dont le siège est Immeuble Technopolis, 350, rue Georges Besse à Nîmes Cedex 1 (30035) ; le département du Gard et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard demandent au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler l’arrêt du 12 novembre 2002 par lequel la cour administrative d’appel de Marseille a annulé à la demande de la société Unibéton, l’ordonnance du 21 septembre 2001 du président de la 4e chambre du tribunal administratif de Montpellier et les a condamnés solidairement à verser à la Société Unibéton la somme de 43 205,58 euros, avec intérêts de droit, à compter du 1er décembre 1998 dans le cadre de l’exécution d’un marché conclu pour des travaux de reconstruction du collège Diderot à Alès ;

2°) de mettre à la charge de la société Unibéton le versement d’une somme de 2 500 euros en application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

– le rapport de M. Alban de Nervaux, Auditeur,

– les observations de la SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat du département du Gard et de la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard et de Me Blanc, avocat de la société Unibéton,

– les conclusions de M. Nicolas Boulouis, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que le département du Gard a confié la maîtrise d’ouvrage de la construction du collège Diderot à Alès à la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard ; que la société Roure, titulaire du marché de gros œuvre, a conclu avec la société Unibéton, un contrat d’approvisionnement du chantier en béton prêt à l’emploi ; qu’à la suite de la mise en liquidation judiciaire de la société Roure, la société Unibéton, qui avait été acceptée par la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard en qualité de sous-traitante de la société Roure, a demandé en vain au maître d’ouvrage délégué le paiement direct de la somme de 56 267,27 euros qu’elle estimait lui être due ; que, par une ordonnance en date du 19 septembre 2001, le président de la 4e chambre du tribunal administratif de Montpellier a rejeté la demande de la société Unibéton tendant à ce que le département du Gard et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard soient condamnés solidairement à lui verser la somme de 56 267,27 euros ; que par un arrêt en date du 12 novembre 2002, la cour administrative d’appel de Marseille a annulé cette ordonnance et fait droit à la demande de la société Unibéton à hauteur de 43 205,58 euros ; que la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard et le département du Gard se pourvoient en cassation contre cet arrêt ;

Sans qu’il soit besoin de statuer sur les autres moyens du pourvoi ;

Considérant qu’aux termes de l’article 6 de la loi du 31 décembre 1975 : « Le sous-traitant direct du titulaire du marché qui a été accepté et dont les conditions de paiement ont été agréées par le maître de l’ouvrage, est payé directement par lui pour la part du marché dont il assure l’exécution. » ; qu’en jugeant, alors même qu’il ressortait des pièces du dossier qui lui étaient soumis que les prestations fournies par la société Unibéton relevaient de simples fournitures et non d’un contrat d’entreprise conclu par elle avec la société titulaire du marché, que cette société Unibéton avait droit au paiement direct de ses prestations par le maître d’ouvrage délégué dans la mesure où ce dernier l’avait agréée en qualité de sous-traitante et avait accepté ses conditions de paiement, la cour administrative d’appel de Marseille a commis une erreur de droit ; qu’en effet, de telles décisions n’étaient susceptibles d’ouvrir des droits à la société requérante que pour autant que les prestations fournies relevaient du champ d’application de la loi du 31 décembre 1975, lequel ne concerne que les prestations relatives à l’exécution d’une part du marché et non de simples fournitures au cocontractant du maître de l’ouvrage ; que le département du Gard et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard sont fondés à demander, pour ce motif, l’annulation de l’arrêt attaqué ;

Considérant que dans les circonstances de l’espèce, il y a lieu pour le Conseil d’Etat de faire application des dispositions de l’article L. 821-2 du code de justice administrative et de régler l’affaire au fond ;

Considérant que les litiges relatifs au paiement direct au sous-traitant, par le maître de l’ouvrage, du prix des travaux concernent l’exécution d’un marché de travaux publics ; que la demande dirigée par la société Unibéton contre le département du Gard et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard est au nombre de ces litiges ; qu’il suit de là que le présent litige ressortit à la compétence de la juridiction administrative ; que par suite la société Unibéton est fondée à soutenir que c’est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande tendant à la condamnation solidaire de la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard et du département du Gard à lui payer la somme de 56 267,27 euros qu’elle estimait lui être due comme portée devant une juridiction incompétente pour en connaître ; que par conséquent, il y a lieu d’annuler ce jugement et de statuer immédiatement sur la demande de la société Unibéton par la voie de l’évocation ;

Sur le bien-fondé de la demande :

Considérant que, ainsi qu’il a été dit ci-dessus, la société Unibéton, dont le contrat conclu avec la société Roure en vue de l’approvisionnement du chantier en béton prêt à l’emploi n’a pas les caractéristiques d’un contrat d’entreprise, n’a pas droit au paiement direct de ses prestations de fournitures par le maître d’ouvrage délégué nonobstant la circonstance qu’elle ait été agréée par ce dernier en qualité de sous-traitante et que celui-ci avait accepté ses conditions de paiement ; que, par suite, la société UNIBETON n’est pas fondée à demander la condamnation solidaire du département du Gard et de la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard à lui payer la somme de 56 267,27 euros avec intérêts de droit à compter du 1er décembre 1998 ;

Sur les conclusions tendant à l’application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que ces dispositions font obstacle à ce que soit mise à la charge du département du Gard et de la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard qui ne sont pas dans la présente instance la partie perdante, les sommes que la société Unibéton, demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative et de mettre à la charge de la société Unibéton la somme de 3 000 euros au titre des frais exposés par le département du Gard et la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard tant devant la cour administrative d’appel de Marseille que devant le Conseil d’Etat et non compris dans les dépens ;

Décide :

Article 1er  :

L’arrêt du 12 novembre 2002 de la cour administrative de Marseille est annulé.

Article 2 :

L’ordonnance du 21 septembre 2001 du président de la 4e chambre du tribunal administratif de Montpellier est annulée.

Article 3 :

La demande de la société Unibéton devant le tribunal administratif de Montpellier et les conclusions présentées par cette société devant le Conseil d’Etat, la cour administrative d’appel de Marseille et le tribunal administratif de Montpellier tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 4 :

La société Unibéton versera au département du Gard et à la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard une somme de 3 000 euros au titre des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 5 :

La présente décision sera notifiée au département du Gard, à la société d’aménagement et d’équipement du département du Gard et à la société Unibéton.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X