Enjeux

Le renouvellement des réseaux dans les tuyaux

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Engagées le 24 avril, les Assises de l’eau doivent permettre de trouver des financements pour relancer l’investissement.

Entre 2 et 3 milliards d’euros par an. C’est ce qu’il manquerait pour assurer un renouvellement suffisant des infrastructures d’eau potable et d’assainissement en France. Résultat : le patrimoine se déprécie, les réseaux vieillissent, entraînant des fuites et des problèmes de qualité de l’eau. C’est notamment le cas en milieu rural, où le linéaire est plus étendu, le réseau souvent plus dégradé sans être bien connu, les moyens insuffisants.

Ce discours, les organisations professionnelles qui œuvrent dans le domaine de l’eau le martèlent depuis longtemps, rappelant sans cesse les taux de renouvellement des réseaux : 0,58 % pour l’eau potable, 0,43 % pour l’assainissement. A ce rythme, il faudrait 170 ans pour remplacer des canalisations de plus en plus vétustes. Or, « après la construction du patrimoine qui a permis de donner accès à l’eau à tous, nous devons entrer dans un nouveau cycle et réinvestir dans nos réseaux », souligne Antoine Momot, délégué général de l’Union nationale des industries et entreprises de l’eau et de l’environnement (UIE).

Hiérarchiser les investissements. Les Assises de l’eau –...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5975 du 11/05/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X