Actualité

Le quatrième trimestre 2003 vu pour « Le Moniteur » par l’Institut I+C

Mots clés : Collectivités locales - Conjoncture économique - Gestion de l'entreprise - Technique de construction

Le bâtiment reprend des couleurs

Les différences d’évolution entre le bâtiment et les TP se sont confirmées en cette fin d’année 2003. La tendance à la baisse s’est prolongée, tout en s’atténuant, dans le bâtiment où l’année s’achève sur un recul de l’activité de 1,5 % en monnaie constante. Les petits travaux d’entretien-rénovation et la construction de locaux professionnels ont continué de souffrir de la conjoncture. Seule la construction de logements collectifs reste bien orientée.

A l’inverse, les travaux publics affichent un fort regain d’activité depuis deux trimestres. De nombreux travaux prévus par les collectivités locales en 2001-2002 ont été mis en oeuvre au second semestre 2003, entraînant une hausse des travaux réalisés d’environ 4,5 % sur l’ensemble de l’année 2003.

ACTIVITE

BTP : les TP dynamiques

Le secteur de la construction dans son ensemble devrait connaître une quasi-stabilisation à haut niveau des réalisations après un recul proche de -1,5 % l’année précédente. Dynamisée par le regain d’activité dans les travaux publics et la bonne tenue de la construction neuve résidentielle, la production devrait poursuivre sur sa lancée en début d’année 2004. A plus longue échéance, l’intensité de la reprise restera néanmoins liée à l’ampleur du rebond de l’investissement en France, en particulier dans sa composante industrielle.

GRAPHIQUE 1 :

Travaux réalisés en volume 1999-2003

Source I+C

Bâtiment : la baisse s’atténue

Au cours du dernier trimestre 2003, le volume des travaux réalisés a baissé de près de -1 % par rapport à l’an passé. En dépit d’une atténuation de la baisse au fil des mois, l’activité recule néanmoins de -1,5 % sur l’ensemble de l’année.

Cette évolution plus favorable, qui se poursuivrait en 2004 simultanément sur les segments du neuf et de la rénovation, devrait conduire à terme à une stabilisation de l’activité. A plus long terme, l’amélioration de la conjoncture pourrait conduire à une accélération sur certains marchés.

GRAPHIQUE 2 :

Travaux réalisés 1999-2003

Source I+C

TP : forte accélération

Selon les premières estimations, l’activité des entreprises de TP a connu une nette accélération depuis le troisième trimestre 2003. Cette progression des réalisations (en hausse de plus de 7 % à un an d’intervalle), qui contraste avec une première moitié de l’année plutôt terne, reflète principalement le dynamisme de l’investissement des collectivités locales. Beaucoup de projets promis en 2001-2002 par les élus ont bien été mis en oeuvre en 2003. Sur l’ensemble de l’année, la hausse de l’activité serait proche de 4,5 % en monnaie constante.

GRAPHIQUE 3 :

Travaux réalisés 1999-2003

Source INSEE – I+C

EMPLOI

BTP : au plus haut depuis 4 ans

Grâce à une progression régulière au cours de l’année 2003, les effectifs salariés totaux du secteur construction (permanents + intérimaires) ont pratiquement atteint le seuil des 1,4 million, soit le niveau le plus élevé depuis quatre ans. A l’inverse du constat effectué ces dernières années, cette progression d’ensemble des effectifs reflète une progression des effectifs permanents sensiblement plus marquée que celle observée pour l’emploi flexible, qui ne représente plus que 7,5 % des effectifs salariés totaux (contre 8,5 % trois ans auparavant).

GRAPHIQUE 4 :

Source INSEE – I+C

Effectifs salariaux 1999-2003

Permanents : nouvelle hausse

Avec un niveau d’emploi salarié d’environ 1,29 million, l’emploi permanent a de nouveau progressé en 2003 dans la construction (+ 18 000 créations nettes de postes contre + 10 000 seulement l’année précédente). Selon les responsables d’entreprises interrogés en début d’année 2004, les perspectives d’embauche continuent de progresser, en particulier dans les travaux publics, où les besoins en main-d’oeuvre qualifiée sont les plus importants.

GRAPHIQUE 5 :

Effectifs permanents 1999-2003

Source INSEE

Intérim : un mieux à confirmer

Exprimé en équivalent-permanents, le nombre d’intérimaires employés dans la construction a de nouveau dépassé la barre des 100 000 personnes en fin d’année 2003. Le fort décollage de l’activité TP, conjugué à une atténuation de la baisse dans le domaine du bâtiment, contribue à cette évolution plus favorable de la demande de personnel flexible. Localement, les agences d’intérim signalent toujours des difficultés à recruter de la main-d’oeuvre qualifiée.

GRAPHIQUE 6 :

Effectifs intérim 1999-2003

Source I+C

CARNETS DE COMMANDES

Bâtiment : redressement

Après avoir marqué une relative stagnation au cours du second semestre 2003, l’opinion des entrepreneurs sur les entrées en commandes s’améliore très légèrement en début d’année. Les perspectives d’activité sont mieux orientées dans le domaine du gros oeuvre. Le niveau des carnets est actuellement stabilisé à un niveau estimé à près de 5,8 mois de travail pour les effectifs permanents.

GRAPHIQUE 7 :

Carnet de commandes 2000-2004

Source INSEE

Travaux publics : reprise

Le déblocage de travaux à l’initiative des collectivités territoriales s’est traduit par un regain de commandes, qui correspondent souvent à des travaux de construction ou d’entretien de petite et moyenne tailles. Cette bonne orientation des chantiers publics devrait se poursuivre dans les prochains mois, en particulier pour certaines spécialités concernant le domaine routier ou la pose de canalisations.

GRAPHIQUE 8 :

Carnet de commandes 2000-2004

Source INSEE

.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X