Régions Roubaix-Wattrelos

Le quartier de La Lainière se profile

Le vide est saisissant : des trois géants de l’industrie qui occupaient l’espace, aux franges de Roubaix et de Wattrelos, il ne reste rien ou presque. Les usines de La Lainière, de Pennel et Flipo et du peignage Amédée ont été démantelées après la chute de leurs activités. Sur ces 33 ha de friches presque continus, la SEM Ville renouvelée est chargée de composer un parc économique « du XXIe siècle », assorti de logements. Le schéma établi par Claire Schorter, architecte-urbaniste, avec les paysagistes d’Empreintes, doit être validé par la métropole et les communes avant la fin de l’année. Il prévoit la réalisation de 90 000 m2 de locaux pour PME, artisans, commerçants ou sociétés tertiaires, et de 40 000 m2 d’habitations, situées sur les bords des anciens tènements industriels, pour « refaire de la ville ». Les travaux sur les espaces publics devraient être lancés début 2018.

Du berceau au berceau . En attendant ces développements regroupés sous le nom générique de La Lainière, une maison du projet, conçue par les architectes d’Ekoa, donne le ton. C’est le premier immeuble de France cradle to cradle, littéralement du berceau au berceau, c’est-à-dire intégralement démontable et recyclable. Ouvert fin 2016, le lieu est utilisé comme outil de promotion et accueille des habitants du quartier, dont beaucoup sont soucieux de préserver la mémoire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X