Enjeux Immobilier

Le PTZ, espèce rurale

En 2016, 60 % des prêts à taux zéro (PTZ) dans l’ancien se sont concentrés en zone C (les zones les moins tendues). C’est ce qui ressort d’un bilan de la Fnaim présenté le 26 janvier. Ainsi, 23 % des PTZ ont été utilisés en zone B2, 13 % en zone B1 et seulement 4 % en zone A (les zones les plus tendues). La raison ?

Des prix à l’achat moins élevés en zone rurale qu’en zone tendue, sachant qu’un PTZ dans l’ancien n’est octroyé que si les travaux représentent au moins 25 % du coût total d’acquisition. Le nombre de ces prêts a beaucoup augmenté : 22 500 en 2016 contre 3 200 en 2015.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X