Régions Grenoble

Le projet Flaubert fait feu de tout bois

Mots clés : Bois - Entreprise du BTP - Établissements industriels, agricoles, ICPE - Travaux publics

55 191 Nombre d’entreprises du BTP en région en 2016 employant 136 461 salariés, soit 7 % du total des actifs.Source : FFB ARA.

823 000 m2 Surface de bâtiments industriels et d’entrepôts mis en chantier en 2016 en région. Source : Cera.

5 Mds € Chiffre d’affaires généré par les travaux publics en région en 2016.Source : FRTP ARA.

Lancé en 2012, le projet Flaubert s’étend sur 90 ha, avec l’ambition de bâtir un nouveau quartier mixant activités économiques, logements et espaces publics. A travers lui, la commune de Grenoble souhaite expérimenter la construction de la ville durable avec la SPL Sages, mandatée pour l’aménagement du site.

« Les objectifs généraux sont la concertation avec le public, une réflexion sur les formes urbaines et l’articulation du projet urbain avec le projet social et écologique », déclare Eric Piolle, maire (EELV) de Grenoble. Vincent Fristot, adjoint à l’urbanisme, évoque la volonté « de faire avancer les métiers de la construction tant au niveau des matériaux que des méthodes de conception et de privilégier les filières locales ».

Matériaux biosourcés. L’identité du quartier sera marquée par la forte présence de matériaux biosourcés dans les constructions, tels que le bois et la terre. Sur place, le prototype d’habitat Terra Nostra en est le symbole et le démonstrateur. Deux autres projets illustrent cette intention. A commencer par le bâtiment du bailleur social Actis, Le Haut Bois, qui s’élèvera sur neuf niveaux maximum, au sein de l’îlot Marceline, en 2019. Selon ses concepteurs, cet immeuble passif de 56 logements sera le plus haut conçu en France avec une structure 100 % bois (1 500 m3 ), en zone sismique de niveau 4/5. L’équipe de maîtrise d’œuvre ASP-Atelier 17C assurera sa réalisation, avec un appel à consultation des entreprises prévu avant l’été 2018. Le coût de l’opération est estimé à environ 10 M€ TTC.

Autre équipement imprégné d’une ambiance boisée, une école de 16 classes maternelles et primaires prendra place entre la rue Georges-Sand et la rue Eugène-Sue pour la rentrée scolaire 2021. Lauréate d’un concours en juillet dernier, l’agence Roda Architectes est en charge de sa conception, estimée à 11,85 M€ TTC. D’une surface de 3 000 m2 , le bâtiment sera constitué de 1 000 m3 de bois répartis entre les murs, les façades et la charpente, de briques en terre crue et d’isolants en laine de bois.

« L’assemblage des matières donnera un ensemble homogène, avec une lecture simple, pour que les enfants se repèrent facilement. Au centre, un patio pédagogique éclairera l’ensemble de la structure », explique Jean-Paul Roda. Utilisée pour capter la chaleur, la terre crue est aussi envisagée par les architectes comme un « support de la culture de la construction ». L’école sera réalisée dans une démarche de bâtiment passif, avec un objectif inférieur de 30 % à la RT2012. La consultation des entreprises s’échelonnera entre 2019 et 2021. Sur tout le projet Flaubert, le bois est appréhendé depuis la conception jusqu’à la fin de vie du bâtiment dans lequel il prend corps, pour anticiper sa récupération.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X