Régions Lyon

Le premier collège modulaire fait sa rentrée

Mots clés : Education - ERP sans hébergement

La construction du collège Alice-Guy, dans le 8e arrondissement de Lyon, a fait couler beaucoup d’encre lors de son lancement. Et pour cause. C’est la première fois, dans cette ville, qu’un collège était lancé, en construction modulaire, par les propres services de la Métropole de Lyon, sans passer par la case concours d’architecture. En cause, le manque d’anticipation du conseil départemental qui, avant la reprise de ses compétences en janvier 2015 par la Métropole de Lyon naissante, n’avait pas vu l’urgence de programmer la construction d’un tel établissement dans un quartier en pleine expansion…

Conçu par le service « études » de la direction Construction et Energie de la métropole – qui compte deux architectes, des ingénieurs, des projeteurs -, le projet a été confié en entreprise générale à la société Cougnaud Construction. « Entre la prise de décision et la livraison, il ne se sera écoulé que quinze mois », illustre Christophe Bousigues, directeur adjoint des constructions à la Métropole de Lyon. Une fois les travaux de terrassement et de fondations réalisés, l’assemblage des 209 modules préfabriqués a démarré avec une livraison étalée sur deux mois et demi. « Compte tenu de nos délais très courts, les modules ont été préfabriqués pour partie et les travaux de finition tels que la peinture, les sols ont été assurés sur place », souligne Christophe Bousigues.

Articulation autour de trois bâtiments. Dimensionné pour 500 élèves, l’établissement de 5 200 m2 s’articule autour de trois bâtiments. De plain-pied, le premier accueillera l’infirmerie et la salle informatique, tandis que l’accueil, le centre de documentation et les bureaux de l’administration seront hébergés dans un bâtiment en R + 1 doté d’une verrière athermique. Cette dernière apportera un éclairage naturel dans l’espace dédié au personnel administratif et aux enseignants. Les salles de cours se déploieront quant à elles dans le bâtiment principal en R + 3 qui abritera également le restaurant scolaire. Sur le tènement, mis à disposition par la Ville, un renfoncement accueillera également une salle d’évolution sportive semi- enterrée de 400 m2 , qui sera livrée en fin d’année.

Pour apporter un grand confort thermique d’été à ce collège répondant aux normes de la RT 2012, les toitures ont été végétalisées. « Le système breveté de récupération des eaux de pluie a été développé par la direction de l’Eau de la métropole en collaboration avec l’Institut national des sciences appliquées de Lyon, précise Christophe Bousigues. Le surplus d’eau sera récupéré dans des bacs équipés de mèches qui renvoient l’eau par capillarité. »

Toutes dépenses confondues, ce collège aura nécessité un investissement de 14 millions d’euros, pour une durée de vie estimée entre vingt et vingt-cinq ans. Si la construction modulaire s’impose par rapport à une construction traditionnelle côté délai, c’est loin d’être le cas côté financier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X