Régions Logistique

Le port se pose en outil de l’aménagement du territoire

Partie intégrante du projet écométropolitain, le Grand port autonome de Nantes – Saint-Nazaire (GPANSN)passe « d’une logique d’exploitant d’une zone portuaire à celui de partenaire intégré à son territoire ». Le projet stratégique à vingt ans « s’appuie sur les orientations de la démarche Ecocité telles que la préservation de l’estuaire, la notion de port écocitoyen, les autoroutes de la mer vers l’Espagne ou le projet Ville-Port 3 de Saint-Nazaire », souligne Jean-Pierre Chalus, président du directoire du GPANSN. L’enjeu pour ce port dont les deux tiers de l’activité proviennent des trafics énergétiques (31,2 millions de tonnes en 2010, 5 %) consiste à développer et à diversifier ses activités dans un espace réduit. Car « le principal handicap du port de Nantes – Saint-Nazaire est sa surface terrestre limitée », note Jean-Pierre Chalus. Là où Dunkerque dispose de 8 000 hectares, Nantes – Saint-Nazaire possède 2 500 hectares, dont 1 300 sont aménagés. Le reste est réparti entre 300 hectares de réserves foncières et 900 hectares d’espaces naturels. « Cela nous oblige à être très performant et à avoir une culture rationnelle de l’espace », poursuit le dirigeant. Le GPANSN veut atteindre une dimension nationale à partir de 2014, avec un terminal à conteneurs (40 millions d’euros d’investissements) pour accueillir des navires de 4 000 à 8 000 boîtes, contre 2 000 à 4 000 boîtes actuellement. « Nous avons un rôle à jouer pour desservir le sud de Paris », assure Jean-Pierre Chalus. Ce projet s’accompagne de la création d’une plate-forme multimodale à Montoir-de-Bretagne et quadrimodale à Cheviré (route, fer, mer et fluvial) afin de disposer d’un réseau ferroviaire adapté à cette ambition. Enfin, le Port prévoit de créer d’ici à 2014-2015 un parc d’écotechnologies sur le site du Carnet à Frossay, en sud Loire. Cet espace, qui sera équipé d’un appontement de 200 mètres, permettrait aux industriels des énergies marines renouvelables d’expédier leurs produits par le fleuve.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X